Accéder au contenu principal

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles



Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications.
L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde.
Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe.
Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis.
Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applications à partir de Google Play et en les évaluant au nom de la victime.
Une faille déjà corrigée par Google
Bonne nouvelle toutefois, seulement les terminaux Android d’anciennes générations sont ciblés par ce malware. Selon CheckPoint, Gooligan ciblerait uniquement des appareils sur Android 4 (Jelly Bean, KitKat) et 5 (Lollipop). Le malware ne serait donc pas capable de s’installer sur des smartphones plus récents tels que le Galaxy S7 ou le G5.
Comme le précise CheckPoint, une faille de sécurité dans les anciennes versions de l’OS de Google aurait ouvert la voie aux hackers. Google aurait déjà pris les mesures nécessaires pour enrayer l’épidémie. La multinationale indique avoir contacté les utilisateurs concernés et avoir révoqué leurs jetons. Elle aurait également retiré du Google Play les applications associées à la famille Ghost Push, et ajouté de nouvelles protections à sa technologie Verify Apps.
CheckPoint propose de son côté un outil pour vérifier si leur compte a été corrompu.
Que faire si votre compte a été piraté?
Selon CheckPoint, les propriétaires de smartphones victimes du virus doivent impérativement réinitialiser leur smartphone – c’est à dire réinstaller le système pour supprimer les données corrompues.
Il est par ailleurs impératif de modifier son mot de passe Google pour éviter un éventuel piratage de son compte… 

source :  http://geeko.lesoir.be/2016/12/01/un-million-de-comptes-google-compromis-a-cause-dun-virus-sur-mobiles/


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…

Top 10 des virus informatiques les plus dangereux en 2016

Alors que toutes nos données deviennent numériques, les hackers redoublent d’ingéniosité pour développer des virus informatiques toujours plus performants et dangereux. Si vous n’avez pas installé d’anti-virus sur votre ordinateur, ce top 10 des pires virus connus en 2016 devrait finir de vous convaincre de vous équiper… Un virus informatique est un programme autoréplicatif à la base non malveillant, mais aujourd’hui le plus souvent additionné de code malveillant par le pirates informatiques ou “hackers”. Conçu pour se propager à d’autres ordinateurs en s’insérant dans des logiciels légitimes, il peut perturber plus ou moins gravement le fonctionnement de l’ordinateur infecté. Il peut se répandre par tout moyen d’échange de données numériques comme les réseaux informatiques et les cédéroms, les clefs USB, les smartphones… En 2016, les hackers ne manquent pas de créativité et continuent de développer des virus informatiques de plus en plus performants. Ces derniers leur pe…