Accéder au contenu principal

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles



Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications.
L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde.
Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe.
Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis.
Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applications à partir de Google Play et en les évaluant au nom de la victime.
Une faille déjà corrigée par Google
Bonne nouvelle toutefois, seulement les terminaux Android d’anciennes générations sont ciblés par ce malware. Selon CheckPoint, Gooligan ciblerait uniquement des appareils sur Android 4 (Jelly Bean, KitKat) et 5 (Lollipop). Le malware ne serait donc pas capable de s’installer sur des smartphones plus récents tels que le Galaxy S7 ou le G5.
Comme le précise CheckPoint, une faille de sécurité dans les anciennes versions de l’OS de Google aurait ouvert la voie aux hackers. Google aurait déjà pris les mesures nécessaires pour enrayer l’épidémie. La multinationale indique avoir contacté les utilisateurs concernés et avoir révoqué leurs jetons. Elle aurait également retiré du Google Play les applications associées à la famille Ghost Push, et ajouté de nouvelles protections à sa technologie Verify Apps.
CheckPoint propose de son côté un outil pour vérifier si leur compte a été corrompu.
Que faire si votre compte a été piraté?
Selon CheckPoint, les propriétaires de smartphones victimes du virus doivent impérativement réinitialiser leur smartphone – c’est à dire réinstaller le système pour supprimer les données corrompues.
Il est par ailleurs impératif de modifier son mot de passe Google pour éviter un éventuel piratage de son compte… 

source :  http://geeko.lesoir.be/2016/12/01/un-million-de-comptes-google-compromis-a-cause-dun-virus-sur-mobiles/


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Is 4G putting your mobile at risk of hacking?

Research has found security is among the top concerns for phone usersMost high-end phones now work on 4G, also known as LTE technologyLTE covers a wider range of frequencies than previous 2G and 3G networksIt transmits data in a way that gives it the potential to be 100 times fasterBut experts warn this method also makes the technology less secure


Is 4G putting your mobile at risk of hacking? Super-fast networks are not as secure as older, slower systems, claims expert


Almost every phone launched at this week's Mobile World Congress was sold on the promise of having super-fast speeds thanks to built-in LTE technology.
LTE, also known as 4G, officially launched in the UK last year, but it’s been growing in popularity globally for the past five years.
The technology covers a wider range of frequencies and has the potential to be up to 100 hundred times faster than slower 2G and 3G networks, but a software and security expert has told the MailOnline this increased speed comes at a pric…

Que deviennent nos données en ligne apres notre MORT

Les réseaux sociaux et services web se sont très vite généralisés, et ne touchent pas uniquement les jeunes de la génération Y. On estime par exemple que 70% des 65-74 ans au Royaume Uni sont actifs sur Internet. Ce vieillissement de la population digitale pose la question de nos profils en ligne une fois décédé. Même si le sujet n’est pas très gai, il risque de devenir une problématique majeure dans les années à venir. Un chiffre suffit à le comprendre : 3 utilisateurs de Facebook meurent chaque minute ! En 2060 il y aura plus de morts que de personnes vivantes sur le réseau ! Le site whoishostingthis.com fait donc le détail des procédures nécessaires pour désactiver nos différentes présences numériques à notre mort : Facebook, Google, Twitter, boîtes mails, Paypal… L’infographie aborde aussi un aspect intéressant de cette problématique : voulons nous laisser nos données en ligne accessibles à notre mort ? Cette question risque de devenir d’actualité, et fera partie de nos réflexion…