Accéder au contenu principal

NSA : la liste des protocoles cassés et résistants révélée par Snowden

Edward Snowden a révélé ce week-end à quel point certains protocoles de chiffrement sont faciles à casser par la NSA.

Le lanceur d'alerte Edward Snowden a partagé un nouveau lot de documents top secrets avec le Spiegel. De nouvelles révélations en découlent, et en particulier une liste des protocoles les plus sécurisés aux yeux de la NSA.

« L'omniprésence de chiffrement sur Internet est une menace majeure dans la capacité de la NSA à poursuivre ses services secrets en ligne et à déjouer les malwares adverses, » indique pour commencer un premier document top secret. Ce qui pose problème à la NSA, c'est la difficulté à repérer les renseignements sensibles. « Il y a 20 ans, seuls les gouvernements ou les cibles importantes mettaient en œuvre le chiffrement. Des communications chiffrées avaient de grandes chances de contenir des renseignements, » poursuit le document.

Mais contrairement à ce qu'on pourrait espérer, ce n'est pas vraiment son incapacité à déchiffrer les données qui pose problème à la NSA. Le Guardian et le New York Times ont déjà révélé l'année dernière l'existence du programme Bullrun, avec lequel les services secrets américains ont cassé quelques unes des technologies de chiffrement les plus utilisées sur Internet.

Les nouveaux documents du Spiegel permettent quant à eux d'établir la liste des technologies de chiffrement par niveaux de complexité, de « trivial » à « catastrophique ».
HTTPS, VPN sont vains

Tracer la provenance d'un document sur Internet est ainsi trivial. Enregistrer une conversation Facebook est une mission « mineure ». Quant au service de messagerie sécurisée Mail.ru, le déchiffrement des emails envoyés par son biais ne présente qu'une difficulté « modérée ». Ces trois premiers niveaux ne posent pas vraiment de problème à la NSA.

Des protocoles largement répandus et réputés sécurisés ne le sont pas. C'est tout particulièrement le cas du HTTPS, avec chiffrement SSL ou TLS, qui s'est récemment démocratisé sur un grand nombre de services en ligne. Les connexions VPN, qu'elles utilisent le protocole PPTP ou IPsec, sont facilement démasquées par la NSA. L'agence américaine et son homologue britannique surveillent ainsi des millions et des millions de connexions jugées sécurisées chaque jour.

Tor et PGP résistent

Certaines technologies lui donnent un peu plus de fil à tordre, sans toutefois l'arrêter. Déchiffrer des emails envoyés via Zoho, des messages échangés par le biais du protocole Off-the-Record Messaging (OTR) ou encore surveiller les utilisateurs de Tor sont qualifiés de « majeur ». Mais en combinant plusieurs de ces technologies, la NSA « perd presque entièrement une vision des communications ». L'utilitaire TrueCrypt, dont le développement a d'ailleurs brusquement cessé, supposément en raison de pressions d'agences gouvernementales, est classé au même niveau.

Plusieurs technologies sont considérées catastrophiques par la NSA. C'est le cas du jeune protocole de chiffrement de voix sur IP et de messagerie mobile ZRTP, qu'on doit notamment au même auteur que PGP (modestement appelé Pretty Good Privacy). Ce dernier, largement utilisé pour sécuriser des échanges par email, résiste plus de vingt ans après sa conception, en 1991. Comme le souligne le Spiegel, PGP est un protocole open source, ce qui rend bien plus difficile l'insertion d'une porte dérobée (backdoor) ; même si par le passé des erreurs grossières ont été introduites à des technologies open source et sont passées inaperçues pendant des années, au point d'éveiller des soupçons de complot.

Source: http://www.clubic.com/antivirus-securite-informatique/prism/actualite-746957-nsa-snowden-liste-protocoles-casses-resistants.html

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Sécurité informatique : peut-on faire appel au Big Data ?

Jusqu’à présent, le sujet des Big datas n’était qu’un sujet d’actualité, un sujet à la mode. Mais de plus en plus d’entreprises ont saisi cette opportunité, les grandes entreprises, à hauteur de 30% mais aussi, les PME, à hauteur de 12%, selon une étude réalisée par l’éditeur SAS. Car le Big Data n’en fini pas de faire rêver tant les opportunités sont importantes. De l’analyse des données clients, à la simulation des flux d’achats et des habitudes de dépenses, les possibilités d’utilisation et d’interrogations des données sont riches en déclinaisons. Mais qui dit “Big Data” dit également problématiques de sécurité. Car avec les Big Data, le périmètre de l’entreprise s’est élargi du point de vue des entrées et des sorties des données avec des utilisateurs plus mobiles, des données qui transitent par Internet et le Cloud Computing et le Saas qui repositionnent le SI hors de l’entreprise.

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…