Accéder au contenu principal

Mise en œuvre d’une solution de sécurité en 4 étapes


Petite, moyenne ou grande, aucune organisation n’est à l’abri des pirates informatiques. Selon une étude du cabinet Raymond Chabot Grant Thornton publiée en octobre 2015, près du quart des PME canadiennes ont d’ailleurs été la cible d’une brèche informatique au cours de la dernière année.
Pire : 43 % des entreprises canadiennes n’ont déployé aucune stratégie en matière de cybersécurité. Les risques sont pourtant importants : divulgation de données sensibles, perte de confiance des clients, atteinte à la réputation, chute du cours de l’action, etc.
Afin de prévenir les cyberattaques, les entreprises doivent adopter des mesures proactives et déployer une infrastructure de sécurité informatique intelligente, conclut l’étude. Mais par où commencer ?
Voici quatre étapes pour bien planifier l’implantation d’une solution de sécurité informatique.

1. Identifier ce que vous devez protéger

Commencez par déterminer les biens ou les informations à sécuriser. De façon générale, il s’agit de tout ce qui a de la valeur et qui est géré ou protégé par votre entreprise. Plusieurs gestionnaires imaginent à tort que leurs données n’intéressent pas les cybercriminels. C’est une erreur : même une base de données contenant uniquement les noms de vos clients peut présenter de l’intérêt aux yeux de vos concurrents.
Dressez aussi l’inventaire de votre parc informatique et de l’infrastructure de communication en place. Les besoins de sécurité peuvent varier en fonction des éléments à protéger : réseau Internet, points de vente, courrier électronique, données, accès à distance, appareils mobiles.
Déterminez l’importance et la valeur de ces biens et informations pour votre entreprise. Évaluez ensuite les risques associés à une brèche informatique pour chacun de ces éléments – en fonction de votre secteur d’activités ou de la nature de votre organisation – puis classez-les par priorité : risque faible, moyen ou élevé.
Demandez-vous enfin quels seraient les dommages liés à une brèche informatique du côté de la réputation ou des pertes de revenus. Par exemple, si vous gérez un cabinet médical, il est fort probable que la confidentialité des données des patients sera une priorité.
Chose certaine, une solution de sécurité globale et proactive doit couvrir le moindre élément de votre environnement informatique. Cette étape d’identification des besoins et d’analyse du risque pourra bien sûr être approfondie par la suite avec l’aide d’un expert en cybersécurité.

2. Élaborer une politique de sécurité informatique

Rassurez-vous, une telle politique n’a pas besoin d’être complexe. Elle sert d’abord à jeter les bases de la protection des biens et des informations de votre organisation afin que chacun des employés comprenne et respecte des normes claires de sécurité. Ses deux objectifs : bétonner la sécurité et éliminer les risques inutiles.

La politique doit définir ce que les employés peuvent (ou pas) faire en matière d’utilisation d’Internet ou d’appareils mobiles personnels sur le réseau de l’entreprise, par exemple. Elle édicte aussi différentes normes « d’hygiène » en matière de sécurité informatique : utilisation obligatoire de mots de passe complexes, exécution régulière de copies de sauvegarde, verrouillage des postes de travail avant de quitter le bureau, règles en ce qui concerne l’accès à distance, etc.
Une politique de sécurité informatique doit être régulièrement mise à jour – au minimum chaque année – en fonction des modifications ou des ajouts technologiques à votre réseau.

3. Établir un budget

Une infrastructure de sécurité informatique globale et efficace ne se met évidemment pas en œuvre sans les ressources budgétaires appropriées.
Afin d’éviter les surprises, prévoyez notamment :
  • le coût de départ des infrastructures de sécurité ainsi que les frais de mise à jour ;
  • les frais rattachés à l’élaboration de la politique interne ainsi que ceux reliés à la formation du personnel ;
  • un fonds de prévoyance afin de faire face aux imprévus (une cyberattaque ou une infection par un programme malveillant, par exemple).
Tout en vous assurant d’établir un budget réaliste, gardez à l’esprit qu’il est possible de se protéger efficacement et à coût raisonnable. Grâce à quelques mesures intelligentes et simples, vous pouvez réduire sensiblement vos risques de sécurité.
Par exemple, aujourd’hui, le stockage de données dans l’infonuagique – abordable et flexible – libère les entreprises de l’obligation d’acheter, de gérer et de maintenir des serveurs. Un fournisseur fiable et compétent en la matière veillera au stockage sécuritaire de vos données et gérera les problèmes connexes à votre place.
Une brèche informatique peut entraîner des pertes et des conséquences qui surpassent de loin les coûts reliés à l’implantation d’une infrastructure de sécurité informatique. La vraie question à vous poser, c’est de savoir combien coûte… l’insécurité.

4. Choisir les bons outils (et le bon fournisseur)

Une panoplie d’outils de sécurité informatique sont offerts en ligne, parfois même gratuitement. Mais pour s’y retrouver, c’est la jungle ! D’autant plus que des solutions « à la pièce » sont loin d’être idéales : en greffant une multitude de logiciels monotâches à votre réseau, vous risquez de l’encombrer, sans parler des possibles incompatibilités entre les différents outils.
Si vous dirigez une petite ou une moyenne entreprise, vous avez probablement tout intérêt à choisir un fournisseur pouvant implanter une solution globale de sécurité informatique qui évoluera en même temps que vos besoins. Les entreprises spécialisées en sécurité informatique peuvent fournir ce genre de service à long terme en plus d’un soutien à la clientèle.
Or, le choix du fournisseur est une opération délicate qui doit faire l’objet d’une recherche sérieuse. Avant de lui confier les clés de votre entreprise, assurez-vous de sa compétence et de sa fiabilité.
Vous devriez au préalable aborder cinq enjeux cruciaux avec lui :
  • ses certifications et normes de conformité ;
  • la qualité de son service à la clientèle ;
  • son niveau d’expertise dans votre secteur d’activités et la veille technologique qu’il assure afin d’anticiper les vulnérabilités en matière de sécurité informatique ;
  • ses pratiques de gouvernance et de gestion du risque ;
  • sa capacité à vous épauler auprès de votre personnel, notamment sur le plan de la formation.
Bref, une solution de sécurité informatique proactive vous aidera à protéger vos biens et informations, à satisfaire aux exigences légales en matière de conformité et à garantir votre réputation et votre croissance.

source : http://conseils.telus.com/4-etapes-pour-planifier-la-mise-en-oeuvre-dune-solution-de-securite-informatique/?utm_source=twitter&utm_medium=tweet&utm_campaign=securite

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Alerte Cisco : faille de sécurité sur certains modems et routeurs

La fonction d’accès à distance de certains appareils Cisco, plutôt destinés aux particuliers, souffre d’une vulnérabilité permettant la prise de contrôle par Internet. Quels sont les modèles concernés ? Comment réparer cette faille ?

Comme de nombreux routeurs, les équipements Cisco proposent une fonction de gestion à distance, via un accès web en HTTPS (HTTP sécurisé). Mais malheureusement, cet accès chiffré ne suffit pas à sécuriser complètement une connexion distante : l’exploitation d’un bug par dépassement de tampon (buffer overflow) peut permettre à un pirate d’accéder au routeur, sans saisir d’identifiant ou de mot de passe, et d’en prendre le contrôle. Concrètement, il suffit d’injecter du code malveillant dans les champs d’identification, au delà du nombre de caractères normalement accepté. Cette vulnérabilité a été dévoilée par l’entreprise Cisco elle-même, le 16 juillet dernier. Quels sont les modems et routeurs concernés ? Les matériels impactés correspondent à des modems …

Is 4G putting your mobile at risk of hacking?

Research has found security is among the top concerns for phone usersMost high-end phones now work on 4G, also known as LTE technologyLTE covers a wider range of frequencies than previous 2G and 3G networksIt transmits data in a way that gives it the potential to be 100 times fasterBut experts warn this method also makes the technology less secure


Is 4G putting your mobile at risk of hacking? Super-fast networks are not as secure as older, slower systems, claims expert


Almost every phone launched at this week's Mobile World Congress was sold on the promise of having super-fast speeds thanks to built-in LTE technology.
LTE, also known as 4G, officially launched in the UK last year, but it’s been growing in popularity globally for the past five years.
The technology covers a wider range of frequencies and has the potential to be up to 100 hundred times faster than slower 2G and 3G networks, but a software and security expert has told the MailOnline this increased speed comes at a pric…