Accéder au contenu principal

Cartes bancaires NFC : une faille permet de voler des millions d’euros

Imaginez un pirate qui se balade dans le métro avec un smartphone Android dans la main. A chaque fois que l’appareil se trouve à une distance d’un centimètre d’une carte bancaire NFC - ce qui est relativement aisé aux heures de pointe - il valide un paiement bancaire pouvant aller jusqu’à... 999.999,99 euros !  Impossible ? Malheureusement non, comme viennent de le prouver cinq chercheurs en sécurité de l’université britannique de Newcastle.
En analysant le protocole EMV, qui est le standard international de sécurité des cartes de paiement, ces experts sont tombés sur une importante faille qui permet de court-circuiter le plafond défini pour les transactions sans contact. Celui-ci est de 20 livres anglaises au Royaume-Uni et de 20 euros en France. Pour dépasser cette limite, il suffit de faire une transaction dans une monnaie autre que celle de la carte en question. Au Royaume-Uni, les chercheurs ont pu valider leur attaque sur des cartes de crédit Visa. Le montant maximum qu’ils ont pu vérifier était de 999.999,99 euros ou 999.999,99 dollars.
Génération d\'une transaction frauduleuse.
Génération d'une transaction frauduleuse.
Techniquement, l’attaque n’est pas si compliquée. Les chercheurs ont développé une appli qui simule un terminal de paiement et l’ont installée sur un Google Nexus 5. Quand le smartphone arrive à proximité d’une carte NFC, elle génère automatiquement une transaction sans que le porteur ne s’en rende compte. Cela est possible car les transactions sans contact ne nécessitent pas de code PIN pour être validées. Cette transaction est certes créée, mais pas encore envoyée à la banque. Elle est d’abord stockée dans le terminal. Là encore, c’est possible car le standard EMV autorise les transactions en mode offline. L’avantage, c’est que le pirate peut ainsi collecter tranquillement des transactions auprès de ses victimes et focaliser sur la récupération des fonds dans un second temps.
En effet, les chercheurs ont montré que l’on pouvait ensuite décharger ces transactions sur n'importe quel système de paiement d'un marchand complice affilié au réseau EMV, pour les envoyer ensuite aux banques des victimes. Il suffit pour cela d’ajouter aux transactions stockées les données relatives à ce marchand. Cela est possible car, dans le standard EMV, les données du marchand ne font pas partie du sceau de validation cryptographique créée par la carte bancaire. Le pirate peut donc générer des transactions puis, dans un second temps, choisir le marchand auprès de qui il souhaite encaisser le pactole. L’avantage -si l’on peut dire- de ce procédé : il permet une fraude à grande échelle. Rien n’empêche, à priori, un groupe de cybermalfrats de pirater des cartes dans de multiples endroits sur une durée plus ou moins longue.
Les différentes étapes de l\'attaque.
Les différentes étapes de l'attaque.
agrandir la photo
Il serait intéressant de savoir si cette attaque fonctionne également sur les cartes Visa dans d’autres pays, comme la France par exemple. Malheureusement, les chercheurs se sont limités aux cartes bancaires britanniques. Il faut souligner, par ailleurs, que les cartes Mastercard ne sont pas vulnérables à cette attaque, car elles n’autorisent pas le mode offline pour les transactions en monnaie étrangère. Preuve qu’il existe donc des solutions techniques à cette faille.

http://www.01net.com/editorial/630996/cartes-bancaires-nfc-une-faille-permet-de-voler-des-millions-d-euros/#?xtor=RSS-16source : 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Alerte Cisco : faille de sécurité sur certains modems et routeurs

La fonction d’accès à distance de certains appareils Cisco, plutôt destinés aux particuliers, souffre d’une vulnérabilité permettant la prise de contrôle par Internet. Quels sont les modèles concernés ? Comment réparer cette faille ?

Comme de nombreux routeurs, les équipements Cisco proposent une fonction de gestion à distance, via un accès web en HTTPS (HTTP sécurisé). Mais malheureusement, cet accès chiffré ne suffit pas à sécuriser complètement une connexion distante : l’exploitation d’un bug par dépassement de tampon (buffer overflow) peut permettre à un pirate d’accéder au routeur, sans saisir d’identifiant ou de mot de passe, et d’en prendre le contrôle. Concrètement, il suffit d’injecter du code malveillant dans les champs d’identification, au delà du nombre de caractères normalement accepté. Cette vulnérabilité a été dévoilée par l’entreprise Cisco elle-même, le 16 juillet dernier. Quels sont les modems et routeurs concernés ? Les matériels impactés correspondent à des modems …

Is 4G putting your mobile at risk of hacking?

Research has found security is among the top concerns for phone usersMost high-end phones now work on 4G, also known as LTE technologyLTE covers a wider range of frequencies than previous 2G and 3G networksIt transmits data in a way that gives it the potential to be 100 times fasterBut experts warn this method also makes the technology less secure


Is 4G putting your mobile at risk of hacking? Super-fast networks are not as secure as older, slower systems, claims expert


Almost every phone launched at this week's Mobile World Congress was sold on the promise of having super-fast speeds thanks to built-in LTE technology.
LTE, also known as 4G, officially launched in the UK last year, but it’s been growing in popularity globally for the past five years.
The technology covers a wider range of frequencies and has the potential to be up to 100 hundred times faster than slower 2G and 3G networks, but a software and security expert has told the MailOnline this increased speed comes at a pric…