Accéder au contenu principal

Cartes bancaires NFC : une faille permet de voler des millions d’euros

Imaginez un pirate qui se balade dans le métro avec un smartphone Android dans la main. A chaque fois que l’appareil se trouve à une distance d’un centimètre d’une carte bancaire NFC - ce qui est relativement aisé aux heures de pointe - il valide un paiement bancaire pouvant aller jusqu’à... 999.999,99 euros !  Impossible ? Malheureusement non, comme viennent de le prouver cinq chercheurs en sécurité de l’université britannique de Newcastle.
En analysant le protocole EMV, qui est le standard international de sécurité des cartes de paiement, ces experts sont tombés sur une importante faille qui permet de court-circuiter le plafond défini pour les transactions sans contact. Celui-ci est de 20 livres anglaises au Royaume-Uni et de 20 euros en France. Pour dépasser cette limite, il suffit de faire une transaction dans une monnaie autre que celle de la carte en question. Au Royaume-Uni, les chercheurs ont pu valider leur attaque sur des cartes de crédit Visa. Le montant maximum qu’ils ont pu vérifier était de 999.999,99 euros ou 999.999,99 dollars.
Génération d\'une transaction frauduleuse.
Génération d'une transaction frauduleuse.
Techniquement, l’attaque n’est pas si compliquée. Les chercheurs ont développé une appli qui simule un terminal de paiement et l’ont installée sur un Google Nexus 5. Quand le smartphone arrive à proximité d’une carte NFC, elle génère automatiquement une transaction sans que le porteur ne s’en rende compte. Cela est possible car les transactions sans contact ne nécessitent pas de code PIN pour être validées. Cette transaction est certes créée, mais pas encore envoyée à la banque. Elle est d’abord stockée dans le terminal. Là encore, c’est possible car le standard EMV autorise les transactions en mode offline. L’avantage, c’est que le pirate peut ainsi collecter tranquillement des transactions auprès de ses victimes et focaliser sur la récupération des fonds dans un second temps.
En effet, les chercheurs ont montré que l’on pouvait ensuite décharger ces transactions sur n'importe quel système de paiement d'un marchand complice affilié au réseau EMV, pour les envoyer ensuite aux banques des victimes. Il suffit pour cela d’ajouter aux transactions stockées les données relatives à ce marchand. Cela est possible car, dans le standard EMV, les données du marchand ne font pas partie du sceau de validation cryptographique créée par la carte bancaire. Le pirate peut donc générer des transactions puis, dans un second temps, choisir le marchand auprès de qui il souhaite encaisser le pactole. L’avantage -si l’on peut dire- de ce procédé : il permet une fraude à grande échelle. Rien n’empêche, à priori, un groupe de cybermalfrats de pirater des cartes dans de multiples endroits sur une durée plus ou moins longue.
Les différentes étapes de l\'attaque.
Les différentes étapes de l'attaque.
agrandir la photo
Il serait intéressant de savoir si cette attaque fonctionne également sur les cartes Visa dans d’autres pays, comme la France par exemple. Malheureusement, les chercheurs se sont limités aux cartes bancaires britanniques. Il faut souligner, par ailleurs, que les cartes Mastercard ne sont pas vulnérables à cette attaque, car elles n’autorisent pas le mode offline pour les transactions en monnaie étrangère. Preuve qu’il existe donc des solutions techniques à cette faille.

http://www.01net.com/editorial/630996/cartes-bancaires-nfc-une-faille-permet-de-voler-des-millions-d-euros/#?xtor=RSS-16source : 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Sécurité informatique : peut-on faire appel au Big Data ?

Jusqu’à présent, le sujet des Big datas n’était qu’un sujet d’actualité, un sujet à la mode. Mais de plus en plus d’entreprises ont saisi cette opportunité, les grandes entreprises, à hauteur de 30% mais aussi, les PME, à hauteur de 12%, selon une étude réalisée par l’éditeur SAS. Car le Big Data n’en fini pas de faire rêver tant les opportunités sont importantes. De l’analyse des données clients, à la simulation des flux d’achats et des habitudes de dépenses, les possibilités d’utilisation et d’interrogations des données sont riches en déclinaisons. Mais qui dit “Big Data” dit également problématiques de sécurité. Car avec les Big Data, le périmètre de l’entreprise s’est élargi du point de vue des entrées et des sorties des données avec des utilisateurs plus mobiles, des données qui transitent par Internet et le Cloud Computing et le Saas qui repositionnent le SI hors de l’entreprise.

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…