Accéder au contenu principal

Après Heartbleed et Shellshock : une faille touche SSL 3.0

Encore une faille affectant une technologie largement diffusée sur le Web. Cette fois, c’est le protocole SSL qui renferme une vulnérabilité permettant à un assaillant de récupérer les cookies d’un internaute.

Trois chercheurs de Google viennent de découvrir un bogue dans SSL 3.0, protocole de chiffrement très employé par les navigateurs et sites Web. Dévoilée dans une note de recherche publiée par le projet OpenSSL, la librairie de chiffrement Open Source très largement employée sur le Web, la vulnérabilité en question peut permettre à un assaillant de dérober les cookies d’un navigateur. « C’est assez complexe. L’assaillant doit bénéficier d’une position privilégiée dans le réseau », a expliqué Ivan Ristic, un expert en SSL de la société Qualys, à nos confrères de Reuters. L’exploitation de la faille passe par une attaque de type « man-in-the-middle », l’attaquant devant s’interposer entre le site Web et le navigateur ciblé.

SSL 3.0 : « à éviter complètement »

Si le problème n’a donc pas la gravité de ceux créés par les failles Heartbleed (un problème d’implémentation dans OpenSSL) ou ShellShock (une faille dans l’interpréteur de lignes de commandes Unix Bash), il en partage une caractéristique : la très large diffusion de la technologie concernée. Si SSL 3 .0 a été supplanté par TLS (Transport Layer Security) 1.0, puis 1.1 et 1.2, la plupart des implémentations conserve une compatibilité avec SSL 3.0 afin de continuer à fonctionner sans heurt avec les bases installées. Conséquence : quand un client et un serveur ne parviennent pas à établir une connexion dans un protocole plus récent, ils basculent sous SSL 3.0 et son cryptage RC4 datant de… 1987. C’est ce mécanisme appelé ‘downgrade dance’ que les chercheurs de Google exploitent pour mener leur attaque baptisée Poodle (Padding oracle on downgraded legacy encryption).

Une solution immédiate consiste à désactiver SSL 3.0. « Pour assurer un chiffrement fiable, SSL 3.0 doit être évité complètement », écrivent les chercheurs de Google. Le désactiver est envisageable sur les navigateurs. Faute de quoi un serveur malicieux, pensé pour mener des attaques ciblant cette vulnérabilité, pourrait pousser les clients à établir une connexion sous SSL 3.0, en refusant l’initiation d’un échange via TLS. Reste que désactiver ce protocole va générer un grand nombre d’incompatibilités, notamment avec les systèmes historiques.


En savoir plus sur http://www.silicon.fr/apres-heartbleed-shellshock-faille-touche-ssl-3-0-99238.html#1XA8jtREXIa24FDC.99

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Sécurité informatique : peut-on faire appel au Big Data ?

Jusqu’à présent, le sujet des Big datas n’était qu’un sujet d’actualité, un sujet à la mode. Mais de plus en plus d’entreprises ont saisi cette opportunité, les grandes entreprises, à hauteur de 30% mais aussi, les PME, à hauteur de 12%, selon une étude réalisée par l’éditeur SAS. Car le Big Data n’en fini pas de faire rêver tant les opportunités sont importantes. De l’analyse des données clients, à la simulation des flux d’achats et des habitudes de dépenses, les possibilités d’utilisation et d’interrogations des données sont riches en déclinaisons. Mais qui dit “Big Data” dit également problématiques de sécurité. Car avec les Big Data, le périmètre de l’entreprise s’est élargi du point de vue des entrées et des sorties des données avec des utilisateurs plus mobiles, des données qui transitent par Internet et le Cloud Computing et le Saas qui repositionnent le SI hors de l’entreprise.

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…