Accéder au contenu principal

Vous connaissez le Whaling?

Selon l'entreprise de sécurité Mimecast, les e-mails conçus pour les attaques de phishing de type whaling, qui ciblent de « gros poissons », sont difficiles à détecter.
Si vous travaillez dans la finance ou la comptabilité et si vous recevez un email de votre patron vous demandant de transférer des fonds vers un compte externe, mieux vaut réfléchir à deux fois avant d’obtempérer. Selon le cabinet de sécurité Mimecast, ces attaques de phishing très élaborées, dites whaling attacks, qui ciblent des cadres ou des directeurs d’entreprises, mais aussi des personnalités du monde politique ou des personnes célèbres, sont en hausse. Pour camoufler la provenance de e-mails, les pirates utilisent des noms de domaine usurpés ou très proche de domaines familiers du destinataire. Tout est fait pour ce dernier croit que les messages proviennent bien de son directeur financier ou du directeur général.

Le nom de domaine est usurpé dans 70% des attaques

55 % des 442 professionnels IT interrogés par Mimecast ce mois-ci ont déclaré que leur entreprise avait constaté une augmentation du volume de ces « chasses à la baleine » au cours des trois derniers mois, comme l’a déclaré le cabinet de sécurité. Les entreprises visées sont localisées aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et en Australie. « L’usurpation de nom de domaine est la stratégie la plus courante, puisqu’elle est utilisée dans 70 % des attaques », a précisé le cabinet de sécurité. La majorité des faux messages sont signés du CEO, mais près de 35 % des entreprises ont vu passer des emails signés par le directeur financier. « Les messages conçus pour des attaques de whaling peuvent être plus difficiles à détecter, car ils ne contiennent pas de lien hypertexte ou de pièce jointe malveillante, et comptent uniquement sur l'ingénierie sociale pour tromper leurs cibles », explique Orlando Scott-Cowley, un stratège de la cybersécurité chez Mimecast. « Souvent, des sites comme Facebook, LinkedIn et Twitter fournissent aux attaquants les détails dont ils ont besoin pour préparer ces attaques », a encore déclaré Mimecast.

Informer est la première chose à faire

Alors, que faire ? Mimecast a quelques suggestions. D’abord informer les dirigeants, les équipes de management et de la comptabilité sur ce risque. Ensuite, réaliser des tests sur l’entreprise en montant de fausses attaques de whaling pour évaluer la vulnérabilité des employés. Une autre solution consiste à marquer les emails provenant de l'extérieur du réseau de l'entreprise, ou encore à créer des alertes pour signaler des noms de domaine qui ressemblent étroitement à celui de votre entreprise. « Les barrières pour bloquer l'entrée de ces attaques sont à niveau dangereusement bas », a déclaré Orlando Scott-Cowley. « Étant donné que la pêche est très bonne pour les cybercriminels, il est probable que le volume et la fréquence de ce type d’attaques augmentent », a mis en garde Mimecast.

source: http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-attention-au-whaling-ce-phishing-qui-cible-les-equipes-dirigeantes-63382.html

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…

Top 10 des virus informatiques les plus dangereux en 2016

Alors que toutes nos données deviennent numériques, les hackers redoublent d’ingéniosité pour développer des virus informatiques toujours plus performants et dangereux. Si vous n’avez pas installé d’anti-virus sur votre ordinateur, ce top 10 des pires virus connus en 2016 devrait finir de vous convaincre de vous équiper… Un virus informatique est un programme autoréplicatif à la base non malveillant, mais aujourd’hui le plus souvent additionné de code malveillant par le pirates informatiques ou “hackers”. Conçu pour se propager à d’autres ordinateurs en s’insérant dans des logiciels légitimes, il peut perturber plus ou moins gravement le fonctionnement de l’ordinateur infecté. Il peut se répandre par tout moyen d’échange de données numériques comme les réseaux informatiques et les cédéroms, les clefs USB, les smartphones… En 2016, les hackers ne manquent pas de créativité et continuent de développer des virus informatiques de plus en plus performants. Ces derniers leur pe…