Accéder au contenu principal

Grub2 Linux la demande de mot de passe peut être court circuitée par la touche retour arrière

Grub2, utilisé par un grand nombre de distributions Linux, est victime d’un bug ouvrant la voie à une importante faille de sécurité : si un utilisateur appuie précisément 28 fois sur la touche retour arrière, il peut passer outre la protection par mot de passe. Le problème a été découvert par deux chercheurs espagnols, qui proposent déjà un patch correctif.

Grub2 est un bootloader, un gestionnaire de démarrage que l’on retrouve dans un grand nombre de distributions Linux. Il sert à initialiser la machine et peut prendre notamment en charge les menus multiboot, permettant de choisir le système d’exploitation que l’on veut lancer. Il est particulièrement connu comme solution autorisant par exemple une machine à pouvoir démarrer sur Windows ou Linux. Il peut par ailleurs ajouter une couche de protection à la machine en réclamant un mot de passe, en plus de celui que l’on attribue d’ordinaire à la session Linux.

Une faille introduite dans le code de Grub2 il y a six ans

Deux chercheurs de l’université de Valence (Espagne) ont cependant trouvé une erreur pour le moins très étrange dans le gestionnaire de boot : il suffit d’appuyer 28 fois sur la touche retour arrière pour passer outre la demande de mot de passe. Le chiffre est précis, et l’utilisateur obtient en fait l’accès à la console « Grub rescue shell ». Une vulnérabilité testée avec succès sur les versions 1.98 à 2.02 de Grub2.

Les deux chercheurs espagnols ont d’ailleurs pu remonter jusqu’à la source du problème : un « commit » (validation de code) qui a eu lieu dans la version 1.98, soit en décembre 2009. Le plus impressionnant finalement dans la découverte de cette vulnérabilité est qu’elle soit restée totalement inconnue pendant presque six ans, malgré la simplicité extrême de sa mise en oeuvre.

Un bug arithmétique

Le souci réside dans la gestion du nombre entier correspondant à une variable dans le code de Grub2 (integer underflow), et qui se retrouve déclenchée à la 28e itération. Tous les détails techniques sont expliqués par les chercheurs sur leur blog.

Une fois la faille exploitée, l’accès à la console de récupération de Grub2 permet d’effectuer un certain nombre d’opérations. Un utilisateur malintentionné pourrait s’en servir pour accéder aux données locales, les copier, voire les supprimer. La console permet également de démarrer sur un autre environnement, et laisse donc de larges possibilités en cas de piratage de la machine, y compris l’installation d’un malware.

Signalons tout de même que la récupération des données se fait de manière brute. Si le possesseur de la machine a décidé de les chiffrer, les fichiers ne pourront évidemment pas être lus. Par ailleurs, court-circuiter Grub2 ne permet pas pour autant de s'authentifier sur le ou les systèmes d'exploitation présents sur la machine.

Les chercheurs ont averti dans la foulée l’ensemble des parties concernées. De nombreuses distributions Linux ont publié des patchs correctifs en fin de semaine dernière, notamment UbuntuRed Hat et Debian. Comme toujours dans ce genre de cas, les utilisateurs concernés devront vérifier dans les dépôts de leurs distributions si des mises à jour sont à effectuer.


Source : http://m.nextinpact.com/news/97789-grub2-demande-mot-passe-peut-etre-court-circuitee-par-touche-retour-arriere.htm

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Sécurité informatique : peut-on faire appel au Big Data ?

Jusqu’à présent, le sujet des Big datas n’était qu’un sujet d’actualité, un sujet à la mode. Mais de plus en plus d’entreprises ont saisi cette opportunité, les grandes entreprises, à hauteur de 30% mais aussi, les PME, à hauteur de 12%, selon une étude réalisée par l’éditeur SAS. Car le Big Data n’en fini pas de faire rêver tant les opportunités sont importantes. De l’analyse des données clients, à la simulation des flux d’achats et des habitudes de dépenses, les possibilités d’utilisation et d’interrogations des données sont riches en déclinaisons. Mais qui dit “Big Data” dit également problématiques de sécurité. Car avec les Big Data, le périmètre de l’entreprise s’est élargi du point de vue des entrées et des sorties des données avec des utilisateurs plus mobiles, des données qui transitent par Internet et le Cloud Computing et le Saas qui repositionnent le SI hors de l’entreprise.

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…