Accéder au contenu principal

AVIS D'EXPERT : Mot de passe, chronique d’une mort annoncée

L’authentification par mot de passe est morte. Ce n’est pas encore entré dans les mœurs de la plupart des acteurs de l’Internet, et encore moins chez les utilisateurs, mais c’est pourtant le cas. Au même titre que telnet est mort et enterré au profit de ssh - à tel point que l'on a presque du mal aujourd'hui à se souvenir que l'on a pu jadis utiliser telnet - l’authentification par mot de passe est morte, et l’entrée dans l’ère de l’authentification à deux facteurs généralisée est inévitable.

Il y a plusieurs raisons à cela. D'abord, les utilisateurs, bien sûr. De plus en plus nombreux, et de moins en moins sensibilisés aux principes de sécurité informatique (corollaire de la démocratisation et de la généralisation d'Internet dans les sociétés), ils offrent une surface d'attaque toujours grandissante. L'augmentation du nombre de plateformes web très populaires en nombre d'abonnés accroît également le risque, la plupart des personnes utilisant inévitablement le même mot de passe sur l'ensemble des sites web. Le login, quant à lui, est aujourd'hui universellement accepté comme étant par défaut l'adresse e-mail de l'abonné, et en cela la centralisation des plateformes e-mails aggrave encore le problème : trouver un login valide sur une plateforme en ligne par simple essai/erreur est de fait pratiquement une équation à zéro inconnue.

Le principe même de "mot de passe" est très souvent perçu comme une contrainte insupportable et surfaite, et il est complexe de convaincre un utilisateur non versé dans la sécurité informatique que cet élément est critique pour la protection de ses données personnelles. Il est facile donc de rejeter la faute sur l'utilisateur, incapable de comprendre les enjeux du choix d'un mot de passe fort. Mais des milliards de personnes peuvent-elles avoir tort ? Et si c'était la communauté de la sécurité informatique qui se trompait depuis le début ? Nos cartes bancaires - rien de moins que ça - sont protégées par un simple code PIN à 4 chiffres, alors comment espérer convaincre les utilisateurs de protéger leurs selfies sur Facebook avec un mot de passe fort à 10 caractères et majuscules-minuscules-chiffres-ponctuation obligatoires ? Les gens détestent les mots de passe, et ils ont raison.

S'il fallait encore s'en convaincre, il est facile de constater que même un mot de passe fort, comme souvent rendu obligatoire par les chartes informatiques des entreprises, ne règle en réalité qu'assez peu de problèmes de sécurité. Que dire du mot de passe, dont l'entropie est plébiscitée par le RSSI local, simplement noté sur un post-it ? Que penser du mot de passe fort tout juste généré par le SI, envoyé en clair par e-mail et stocké à vie sur l'ordinateur du salarié ? Que faire du mot de passe fort épelé consciencieusement par l'utilisateur au téléphone, parce qu'une personne à l'autre bout du fil se faisant passer pour le département informatique, le lui a simplement demandé ? Même en quittant le monde de l'entreprise et en revenant à l'Internet en général, comment faire confiance aux multiples sites web ou forums en tout genre, à propos du stockage en base de données des mots de passe qui leurs sont confiés ? Combien d'entre eux renvoient simplement le mot de passe oublié par e-mail, indiquant qu'il était stocké en clair dans leur base ? Combien utilisent encore un algorithme de hashage de type MD5 non salé, tellement simple à inverser à l'aide d'algorithmes jouant sur le compromis "temps de calcul/espace mémoire" (type tables arc-en-ciel), aujourd'hui à la portée de n'importe qui grâce au coût dérisoire du stockage ?

source: https://www.ovh.com/fr/news/articles/a1682.mot-de-passe-chronique-d-une-mort-annoncee

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…

Top 10 des virus informatiques les plus dangereux en 2016

Alors que toutes nos données deviennent numériques, les hackers redoublent d’ingéniosité pour développer des virus informatiques toujours plus performants et dangereux. Si vous n’avez pas installé d’anti-virus sur votre ordinateur, ce top 10 des pires virus connus en 2016 devrait finir de vous convaincre de vous équiper… Un virus informatique est un programme autoréplicatif à la base non malveillant, mais aujourd’hui le plus souvent additionné de code malveillant par le pirates informatiques ou “hackers”. Conçu pour se propager à d’autres ordinateurs en s’insérant dans des logiciels légitimes, il peut perturber plus ou moins gravement le fonctionnement de l’ordinateur infecté. Il peut se répandre par tout moyen d’échange de données numériques comme les réseaux informatiques et les cédéroms, les clefs USB, les smartphones… En 2016, les hackers ne manquent pas de créativité et continuent de développer des virus informatiques de plus en plus performants. Ces derniers leur pe…