Accéder au contenu principal

Faille de sécurité : le « freak », ça pique

Dans les années 90, on voyait d'un mauvais œil un chiffrement trop élevé des pages web. La NSA, entre autres, n'aurait pas pas pu espionner comme elle l'entendait les communications étrangères. Le niveau de chiffrement a donc été réduit. Mais depuis, la technologie a largement évolué, obligeant les hébergeurs et les webmasters à accroître régulièrement la puissance de chiffrement des sites web, afin de rendre toute tentative d'interception et de décryptage impossible. Fin de l'histoire ? Pas vraiment.

Depuis cette époque donc, navigateurs et serveurs ont su évoluer. Mais pas tous, comme vient de le découvrir une équipe de chercheurs spécialisés en sécurité, suite à des travaux menés par l'Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique) et Microsoft. De cette période, il reste malgré tout des « résidus » dans le code source de certains logiciels. Un pirate malintentionné pourrait ainsi forcer un programme à descendre à son niveau de sécurité en utilisant une faille de sécurité, qui répond au nom de Freak (Freak signifie Factoring attack on RSA-EXPORT Keys). Celle-ci permettrait à un hacker de venir à bout de la sécurité d'un site assez facilement. Il ne lui faudrait que quelques heures pour réussir à déchiffrer toutes les données transmises entre un site et ses visiteurs et, par conséquent, récupérer toutes les informations personnelles qu'il désire : adresse email, mot de passe, coordonnées bancaires, etc.
Près d'un tiers des sites web seraient ainsi potentiellement vulnérables à cette faille de sécurité. Car Freak affecte à la fois le protocole SSL, mais également son successeur, le TSL. Et il concerne deux navigateurs : Safari d'un côté, et le navigateur d'Android de l'autre. Pour les autres (Internet Explorer, Firefox, Chrome, Opera...), il n'y aurait pas lieu de s'inquiéter.

Le comble, c'est que les sites de NSA, du FBI ou de la Maison-Blanche sont aujourd'hui considérés comme vulnérables face à cette faille. Google a déjà livré un correctif permettant de combler cette faille du navigateur Android. Reste que fabricants et opérateurs doivent désormais déployer une mise à jour sur les appareils utilisant Android. Quant aux produits Apple (sous Mac OS X et iOS), ils bénéficieront d'une mise à jour la semaine prochaine. Reste que découvrir une vulnérabilité vieille de 20 ans, ça fait un peu mal...

source: http://www.tomsguide.fr/actualite/faille-securite-freak-safari-android,46670.html

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Sécurité informatique : peut-on faire appel au Big Data ?

Jusqu’à présent, le sujet des Big datas n’était qu’un sujet d’actualité, un sujet à la mode. Mais de plus en plus d’entreprises ont saisi cette opportunité, les grandes entreprises, à hauteur de 30% mais aussi, les PME, à hauteur de 12%, selon une étude réalisée par l’éditeur SAS. Car le Big Data n’en fini pas de faire rêver tant les opportunités sont importantes. De l’analyse des données clients, à la simulation des flux d’achats et des habitudes de dépenses, les possibilités d’utilisation et d’interrogations des données sont riches en déclinaisons. Mais qui dit “Big Data” dit également problématiques de sécurité. Car avec les Big Data, le périmètre de l’entreprise s’est élargi du point de vue des entrées et des sorties des données avec des utilisateurs plus mobiles, des données qui transitent par Internet et le Cloud Computing et le Saas qui repositionnent le SI hors de l’entreprise.

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…