Accéder au contenu principal

Un malware de la NSA infecte le firmware des disques durs

Kaspersky Labs a publié un rapport dans lequel il indique avoir découvert un malware capable de modifier le microcode d'un disque dur pour créer des secteurs cachés sur un disque dur. Ce malware a été développé par le groupe Equation, proche des développeurs de Stuxnet en lien avec des agences gouvernementales et notamment la NSA.

Dans un rapport publié lundi, Kaspersky Labs a indiqué qu'un groupe de cybercriminels, dénommé Equation, a créé des outils similaires à ceux employés par les agences de renseignement américains pour infiltrer des institutions clefs dans plusieurs pays dont l'Iran et la Russie. Les outils, exploits et malwares, utilisés par ce groupe ont des similarités fortes avec les techniques de la NSA décrites dans des documents top-secret qui ont fuité en 2013.


Les pays les plus touchés par Equation incluent l'Iran, la Russie, le Pakistan, l'Afghanistan, l'Inde et la Chine, avec des cibles comme l'armée, les télécommunications, les ambassades, le gouvernement, les institutions de recherche et les écoles islamiques, a indiqué l'éditeur de sécurité. L'un des éléments les plus édifiants trouvés concerne la capacité d'Equation à modifier le firmware d'un disque dur.


Le formatage des disques durs totalement inefficace

Le malware d'Equation reprogramme le microcode du disque dur, créé des secteurs cachés sur le disque pouvant seulement être accédés par une API secrète. Une fois installé, le malware est très difficile à enlever : le formatage de disque ou la réinstallation d'un OS n'a aucune conséquence et les secteurs cachés subsistent. « Théoriquement, nous étions au courant de cette possibilité, mais pour autant que je sache il s'agit du seul cas que nous ayons vu d'un attaquant doté d'une capacité aussi incroyablement avancée », a fait savoir Costin Raiu, directeur de la recherche globale de Kaspersky Lab.

Les disques durs fabriqués par Seagate Technology, Western Digital Technologiqes, Hitachi, Samsung Electronics et Toshiba peuvent être modifiés par deux des plates-formes malware pour disques durs d'Equation, à savoir « Equationdrug » et « Grayfish ». Le rapport publié par Kaspersky précise qu'Equation a une connaissance des disques durs qui va au-delà de la documentation publique publiée par les vendeurs.

300 domaines connectés avec Equation dont trois toujours actifs

Equation connaît des sets uniques de commandes ATA utilisées par les vendeurs de disques durs pour formater leurs produits. La plupart d'entre elles sont publiques, car elles comprennent une norme assurant au disque dur d'être compatible avec n'importe quel type d'ordinateur. Mais il existe des commandes ATA sans documentation, utilisées par les fournisseurs pour des fonctions permettant de gérer le stockage interne et la correction d'erreurs. En substance, il s'agit « d'un système d'exploitation fermé », a indiqué Costin Raiu. « La capacité de reprogrammer le firmware ou juste une partie du disque serait incroyablement complexe et être capable de le faire pour plusieurs parties des disques de plusieurs marques est presque impossible. Pour être honnête, je ne pense pas qu'il existe un autre groupe dans le monde qui en soit capable ».

Kaspersky a découvert la piste du groupe Equation après avoir enquêté sur un ordinateur appartenant à un institut de recherche dans le Moyen-Orient touché par un dangereux malware et contenant des exemples de menaces persistantes avancées en français, russe et espagnole. Il intègre également un pilote malveillant qui pourrait être relié à la vaste infrastructure de commande et de contrôle utilisée par Equation. Les analystes de l'éditeur de sécurité ont trouvé plus de 300 domaines connectés avec Equation, le plus ancien enregistré datant de 1996. La plupart d'entre eux ne sont plus utilisés par Equation, mais trois sont toujours actifs. Leur activité, cependant, ne donne pas beaucoup d'indice sur Equation qui a changé sa tactique fin 2013. « Ces trois domaines sont intéressants mais nous ne savons pas quel malware ils ont utilisé », a précisé l'éditeur.

La patte Stuxnet présente partout

Dans son rapport, Kaspersky précise par ailleurs avoir identifié le vers Fanny, créé en 2008, qui a été utilisé contre des cibles au Moyen-Orient et en Asie. Pour infecter des ordinateurs, Fanny a utilisé deux exploits zero-day qui ont aussi codés dans Stuxnet, utilisé pour saboter les opérations d'enrichissement d'uranium en Iran. Tout laisse à penser qu'il s'agissait d'un projet commun entre les États-Unis et Israël. L'utilisation des mêmes zero-day n'est probablement pas une coïncidence et montre que si le groupe Equation et les développeurs Stuxnet ne sont pas les mêmes, ils ont dû travailler très étroitement ensemble.

source : http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-un-malware-de-la-nsa-infecte-le-firmware-des-disques-durs-60268.html

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Alerte Cisco : faille de sécurité sur certains modems et routeurs

La fonction d’accès à distance de certains appareils Cisco, plutôt destinés aux particuliers, souffre d’une vulnérabilité permettant la prise de contrôle par Internet. Quels sont les modèles concernés ? Comment réparer cette faille ?

Comme de nombreux routeurs, les équipements Cisco proposent une fonction de gestion à distance, via un accès web en HTTPS (HTTP sécurisé). Mais malheureusement, cet accès chiffré ne suffit pas à sécuriser complètement une connexion distante : l’exploitation d’un bug par dépassement de tampon (buffer overflow) peut permettre à un pirate d’accéder au routeur, sans saisir d’identifiant ou de mot de passe, et d’en prendre le contrôle. Concrètement, il suffit d’injecter du code malveillant dans les champs d’identification, au delà du nombre de caractères normalement accepté. Cette vulnérabilité a été dévoilée par l’entreprise Cisco elle-même, le 16 juillet dernier. Quels sont les modems et routeurs concernés ? Les matériels impactés correspondent à des modems …

Is 4G putting your mobile at risk of hacking?

Research has found security is among the top concerns for phone usersMost high-end phones now work on 4G, also known as LTE technologyLTE covers a wider range of frequencies than previous 2G and 3G networksIt transmits data in a way that gives it the potential to be 100 times fasterBut experts warn this method also makes the technology less secure


Is 4G putting your mobile at risk of hacking? Super-fast networks are not as secure as older, slower systems, claims expert


Almost every phone launched at this week's Mobile World Congress was sold on the promise of having super-fast speeds thanks to built-in LTE technology.
LTE, also known as 4G, officially launched in the UK last year, but it’s been growing in popularity globally for the past five years.
The technology covers a wider range of frequencies and has the potential to be up to 100 hundred times faster than slower 2G and 3G networks, but a software and security expert has told the MailOnline this increased speed comes at a pric…