Accéder au contenu principal

Carbanak : comment des hackers ont volé un milliard de dollars

Un grand nombre de banques ont été virtuellement cambriolées grâce à une cyberattaque d'un nouveau genre. Explications. 

 

Une vague de cyberattaques d'un genre nouveau vise, depuis 2013, des banques du monde entier, causant des pertes estimées à près d'un milliard de dollars, a révélé l'éditeur d'antivirus Kaspersky, lundi 16 février.
Selon l'entreprise russe, une centaine de banques ont été visées, dont "au moins la moitié ont subi des pertes financières, la plupart
des victimes étant situées en Russie, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Chine et en Ukraine". Si certains signes suggèrent que l'origine des attaques se situe en Chine, la société met en garde contre de possibles indices distillés sciemment afin de tromper les services de sécurité.
Les hackers ont utilisé un nouveau programme, baptisé Carbanak, qui
a infiltré les banques d'abord par une méthode de phishing (ou "hameçonnage"). Concrètement, des e-mails hyper-personnalisés ont été envoyés à des employés sélectionnés avec le ver informatique en pièce jointe, par exemple en se faisant passer pour un proche ou un collègue.
Les campagnes de phishing ciblés ont augmenté de 91%, souligne le dernier rapport sur les menaces en ligne de la société Symantec. Le phishing représente dans le monde un e-mail envoyé sur 392.

Comment ont procédé les hackers

Une fois la pièce jointe malicieuse ouverte, l'ordinateur infecté a copié le ver informatique sur le réseau interne de la société. Le programme se lance alors dans une quête pour remonter aux ordinateurs des administrateurs ayant accès aux caméras de vidéosurveillance.
Les hackers n'avaient alors plus qu'à regarder ce que faisait le personnel de la banque, en enregistrant au passage l'ensemble des étapes de sécurité s'affichant sur les écrans et en copiant les codes d'accès renseignés par les employés, pour finalement accéder aux comptes. Les pirates ont pu ainsi imiter l'activité du personnel afin de transférer et d'encaisser l'argent, selon trois modes opératoires :
  1. Le moment venu, les hackers utilisent les systèmes des banques pour transférer directement de l'argent sur leurs comptes, le plus souvent situés en Chine et aux Etats-Unis. Dans le cas du piratage d'un système de paiement électronique, ils s'en servaient pour régler en ligne.
  2. Dans certains établissements, les cybercriminels ont réussi à pénétrer jusqu'au système de comptabilité des banques. Ils gonflaient alors les soldes de certains comptes de particuliers, avant d'empocher les fonds ajoutés. Par exemple, ils passaient les 1.000 dollars d'un compte à 10.000 dollars, avant de réaliser un virement de 9.000 dollars vers leur compte. Le titulaire du compte disposant toujours de ses 1.000 dollars d'origine ne soupçonnait ainsi pas ce qui se passait.
  3. Enfin, dans quelques cas, les pirates ont réussi à prendre le contrôle de distributeurs automatiques de billets et les ont programmés pour distribuer de l'argent à un moment prédéterminé. Un complice n'avait alors qu'à se présenter en face de la machine à l'instant défini pour récupérer l'argent.

"Une nouvelle ère pour la cybercriminalité"

Kaspersky estime que les sommes dérobées ont pu grimper jusqu'à dix millions de dollars par opération. L'entreprise de sécurité affirme qu'en moyenne il a fallu entre deux et quatre mois aux hackers pour infecter le premier ordinateur et retirer de l'argent. Cette campagne, toujours en cours, "indique clairement l'avènement d'une nouvelle ère pour la cybercriminalité", prévient Kaspersky.
Il s'agit d'une attaque sophistiquée illustrant les nouveaux types de cyberattaques du XXIème siècle. Elle profite des espaces sombres entre internet, le vaste écosystème de collecte de données et les sites web pour s'immiscer", estime Mark Skilton, professeur en cybersécurité à la Warwick Business School.
Depuis 2013, les pirates derrière Carbanak ont tenté d'infiltrer une centaine de banques, de systèmes de paiements électroniques et d'institutions financières, dans plus de 30 pays (dont France, Russie, Etats-Unis, Allemagne, Chine, Ukraine, Canada, Hong Kong, Taiwan, Roumanie, Espagne, Norvège, Inde, Royaume-Uni, Pologne, Pakistan, Népal, Maroc, Islande, Irlande, République Tchèque, Suisse, Brésil, Bulgarie et Australie). Selon Kaspersky, les hackers tentent actuellement d'étendre leurs attaques aux pays d'Europe centrale et orientale ainsi qu'au Proche-Orient, en Asie et en Afrique.
L'entreprise russe appelle toutes les banques à rechercher des traces du ver Carbanak, situé à différents niveaux :

 
Ce n'est pas un problème uniquement pour le milieu bancaire mais potentiellement pour n'importe quelle entreprise qui pourrait être prise pour cible de la sorte", conclut Mark Skilton.Il faut mettre en place des systèmes de sécurité informatique beaucoup rigoureux et créer une surveillance des cyber-menaces par secteur, pour travailler à une réponse coordonnée."
source : tempsreel.nouvelobs.com/vu-sur-le-web/20150217.OBS2714/les-cameras-des-banques-piratees-un-milliard-de-dollars-vole.html?xtor=RSS-12

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Alerte Cisco : faille de sécurité sur certains modems et routeurs

La fonction d’accès à distance de certains appareils Cisco, plutôt destinés aux particuliers, souffre d’une vulnérabilité permettant la prise de contrôle par Internet. Quels sont les modèles concernés ? Comment réparer cette faille ?

Comme de nombreux routeurs, les équipements Cisco proposent une fonction de gestion à distance, via un accès web en HTTPS (HTTP sécurisé). Mais malheureusement, cet accès chiffré ne suffit pas à sécuriser complètement une connexion distante : l’exploitation d’un bug par dépassement de tampon (buffer overflow) peut permettre à un pirate d’accéder au routeur, sans saisir d’identifiant ou de mot de passe, et d’en prendre le contrôle. Concrètement, il suffit d’injecter du code malveillant dans les champs d’identification, au delà du nombre de caractères normalement accepté. Cette vulnérabilité a été dévoilée par l’entreprise Cisco elle-même, le 16 juillet dernier. Quels sont les modems et routeurs concernés ? Les matériels impactés correspondent à des modems …

Is 4G putting your mobile at risk of hacking?

Research has found security is among the top concerns for phone usersMost high-end phones now work on 4G, also known as LTE technologyLTE covers a wider range of frequencies than previous 2G and 3G networksIt transmits data in a way that gives it the potential to be 100 times fasterBut experts warn this method also makes the technology less secure


Is 4G putting your mobile at risk of hacking? Super-fast networks are not as secure as older, slower systems, claims expert


Almost every phone launched at this week's Mobile World Congress was sold on the promise of having super-fast speeds thanks to built-in LTE technology.
LTE, also known as 4G, officially launched in the UK last year, but it’s been growing in popularity globally for the past five years.
The technology covers a wider range of frequencies and has the potential to be up to 100 hundred times faster than slower 2G and 3G networks, but a software and security expert has told the MailOnline this increased speed comes at a pric…