Accéder au contenu principal

Israël dépasse la NSA avec le piratage par ondes FM

Consciencieux utilisateur d’ordinateur que vous êtes sûrement (ou pas), je suis sûr que, vous aussi, vous avez déjà installé sur votre ordinateur un antivirus, que vous n’ouvrez pas les pièces jointes des emails d’expéditeurs que vous ne connaissez pas et que vous ne vous connectez que sur des wifi sécurisés. Grâce à ça, chez vous comme chez moi, cela fait bien longtemps que les problèmes de piratage et de virus, c’est pour le voisin mais pas pour nous.
Oui mais ça c’était avant. Avant que deux chercheurs israéliens de l’Université Ben Gourion du Néguev, Mordechai Guri et Yuval Elovici, ne développent une technologie révolutionnaire,AirHopper. En utilisant uniquement les signaux radios FM d’un téléphone portable classique, ces deux chercheurs ont réussi à infiltrer un ordinateur qui était déconnecté de tous réseaux (Internet, wifi, bluetooth,…) et à récupérer les données qui étaient tapées sur le clavier. En clair, demain peut-être, sans que vous n’ayez aucun moyen de vous en rendre compte, alors que vous attendez patiemment votre avion pour Tel-Aviv, un hacker assis à côté de vous pourrait être très tranquillement en train de récupérer tout ce que vous tapez sur votre clavier à l’instant même où vous le tapez.
AirHopper est en fait un type un peu spécial d’une application dite keylogger, c’est-à-dire qui enregistre ce que vous tapez sur votre clavier. AirHopper se distingue des autres applications similaires de ce qu’elle utilise les fréquences radio et ce que montre l’écran de l’ordinateur ou du téléphone piraté pour récupérer les informations. Pour l’instant, la technique est complètement nouvelle et innovante et il faut être à moins de 7 mètres de l’ordinateur ciblé pour que cela fonctionne. C’est cependant déjà assez efficace pour voler un mot de passe confidentiel ou d’autres données écrites ou chiffrées simples.
Conscient des graves problèmes de sécurité posés par une telle technologie, Dudu Mimran, Chief Technology Officer du laboratoire de cyber-sécurité de l’Université Ben Gourion du Néguev, soulignait qu’une “telle technique peut potentiellement être utilisée par des gens ou des organisations mal intentionnés et nous voulons lancer une discussion sur comment limiter ce nouveau risque désormais identifié ».
Dans de nombreux domaines de l’économie mondialisée où la confidentialité des informations est essentielle, comme dans les secteurs financiers ou gouvernementaux notamment, l’utilisation de serveurs et ordinateurs isolés de tous réseaux est évidemment très courante. La découverte d’une telle technologie remet durablement en cause le schéma établi de protection des informations et impose de repenser la sécurité des parcs informatiques.
A noter que la NSA (Agence Nationale de Sécurité) aux Etats-Unis a mis au point un programme ressemblant, appelé Quantum, mais il est plus contraignant car il nécessite d’installer physiquement un émetteur dans l’ordinateur ciblé. L’invention israélienne, AirHopper, évite cette contrainte.
Les chercheurs ont même fourni une vidéo de démonstration de cette technologie…

source: http://siliconwadi.fr/16017/israel-depasse-la-nsa-avec-le-piratage-par-ondes-fm

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…

Top 10 des virus informatiques les plus dangereux en 2016

Alors que toutes nos données deviennent numériques, les hackers redoublent d’ingéniosité pour développer des virus informatiques toujours plus performants et dangereux. Si vous n’avez pas installé d’anti-virus sur votre ordinateur, ce top 10 des pires virus connus en 2016 devrait finir de vous convaincre de vous équiper… Un virus informatique est un programme autoréplicatif à la base non malveillant, mais aujourd’hui le plus souvent additionné de code malveillant par le pirates informatiques ou “hackers”. Conçu pour se propager à d’autres ordinateurs en s’insérant dans des logiciels légitimes, il peut perturber plus ou moins gravement le fonctionnement de l’ordinateur infecté. Il peut se répandre par tout moyen d’échange de données numériques comme les réseaux informatiques et les cédéroms, les clefs USB, les smartphones… En 2016, les hackers ne manquent pas de créativité et continuent de développer des virus informatiques de plus en plus performants. Ces derniers leur pe…