Accéder au contenu principal

Icoscript, un logiciel malveillant qui communique par e-mail

Un Cheval de Troie d’un genre nouveau semble particulièrement difficile à détecter, parce qu’il utilise tout simplement nos webmails pour communiquer. Comment ?



Les RATs (Remote Access Trojan) sont des Chevaux de Troie avec lesquels les cybercriminels sont capables d’interagir à distance : ils peuvent ainsi collecter des informations personnelles, bancaires ou confidentielles, et même s’en servir de botnet, en monopolisant les ordinateurs infectés dans le cadre d’attaque DDoS.

Ces logiciels malveillants peuvent être difficiles à repérer, mais le fait qu’ils envoient des informations par Internet à travers des protocoles de communication spécifiques les rendent parfois détectables. Ce n’est toutefois pas le cas du malware Icoscript, découvert par G Data. Celui-ci communique en effet via un protocole a priori anodin, et surtout accepté par tous les firewalls, y compris ceux des entreprises : les webmails.

L’expérience menée par G Data confirme cette pratique d’un genre nouveau, en validant des essais avec la messagerie Yahoo. Mais l’éditeur de solutions de sécurité affirme que ce genre d’accès à distance est reproductible avec les autres services de messagerie (Gmail, Outlook.com, etc.), et même des réseaux sociaux comme Facebook ou LinkedIn.

Par ce biais, le Cheval de Troie Icoscript (Win32.Trojan.IcoScript.A) ayant infecté un poste informatique peut récupérer des instructions envoyées depuis l’extérieur (via un e-mail précédemment transmis par l’attaquant), et même envoyer de façon autonome des courriels, contenant par exemple des mots de passe ou des informations confidentielles.

Les possibilités d’un tel outil sont donc remarquables… Ou inquiétantes, suivant de quel côté du malware on se trouve !

source : http://www.panoptinet.com/culture-cybersecurite/icoscript-malware-qui-envoie-et-recoit-des-emails/

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…

Every body needs a hacker!!!!!!!

L’Europe se dote d’une première plate-forme de Bug Bounty : pirates en herbe ou experts en hack sont sollicités pour déceler les vulnérabilités informatiques des entreprises. Garanti sans poursuites et récompenses à la clef. L’idée n’est pas nouvelle. En 1995, la société Netscape lançait le premier programme pour éprouver la sécurité de son navigateur. Depuis, la pratique est de mise notamment aux Etats-Unis où la sécurité internet est un véritable enjeu. A titre d’exemple, l’année dernière, pour contrer les cyber attaques, l’armée américaine a décidé de mettre en open source, Dshell, son outil de détection de failles de sécurité qu’elle utilise pour tester ses propres réseaux. En outre, Google, Facebook ou encore Mozilla proposent depuis longtemps leurs programmes de Bug Bounty.