Accéder au contenu principal

Comprendre la faille WiFi Android (PNO)

Depuis quelques jours, le web regorge d’articles sur une vulnérabilité dans la fonction WiFi des appareils Android : cette faille permettrait de dévoiler nos données personnelles et de nous suivre à la trace. Sans être faux, c’est tout de même un peu exagéré ! Dans tous les cas, voici comment ne pas être victime de cette faille.

La faille de sécurité liée au fonctionnement du WiFi des équipements Android (smartphones, tablettes) a été découverte par l’EFF (Electronic Frontier Foundation). Elle est directement liée à la fonction Preferred Network Offload (PNO), et sa composante Open Source wpa_supplicant. A l’origine, cette fonction permet au smartphone de mémoriser le nom (SSID) des 15 derniers réseaux WiFi auquel l’appareil a été connecté. Mais lorsqu’il est déconnecté et en veille, le smartphone émet régulièrement et en clair (c’est à dire sans aucun chiffrement) le nom de ces réseaux mémorisés, afin de s’y reconnecter automatiquement s’ils sont à portée. Il est donc théoriquement possible de récupérer illégitimement ces informations envoyées dans les airs par le smartphone.

iOS également concerné

Tous les appareils fonctionnant sous Android 3.1 (Honeycomb) et supérieurs sont concernés. Mais pas seulement ! iOS 5 souffrirait également de ce mal. Ainsi que Windows 7 et OS X, mais dans une moindre mesure, puisque par définition des ordinateurs (même portables) sont moins mobiles que des smartphones.

Espionnage et suivi de géolocalisation ?

Lorsque ces révélations ont été publiées, deux types de réactions opposées se sont manifestées :

« On peut collecter le nom des réseaux WiFi auxquels je me suis récemment connecté. Et alors, quelle importance ? »
« Les SSID auxquels je me suis connecté sont des données personnelles qui permettent de retracer mes déplacements et de violer ma vie privée »
En fait, le degré d’inquiétude à avoir se situe à mi-chemin entre ces deux types de réactions : la possibilité technique de relever les noms de réseaux WiFi personnels n’est pas anodine, et peut en effet révéler des indications sur notre vie privée, notamment si ces SSID sont explicites, comme par exemple « NewYork-airport », « office-de-tourisme-rouen-wifi », « livebox-appartement-penelope », ou « bar-des-sports-trouville-hotspot ». Auquel cas, en effet, il possible d’en déduire un itinéraire, et des éléments de vie privée.

Mais d’un autre côté, ces données sont partielles et imprécises, et les SSID (notamment personnels) sont généralement moins explicites que ceux cités ici en exemple ! Enfin, il existe des solutions assez simples pour éviter de diffuser ainsi ces informations.

WiFi, données personnelles et réglages Android

Dans les paramètres Android, il existe plusieurs solutions pour configurer intelligemment son WiFi, que ce soit de manière générale, ou plus spécifiquement pour contrer la faille présentée ci-dessus :

N’activer le WiFi que lorsqu’on en a besoin : en limitant ainsi les émissions sans fil, vous minimisez l’envoi d’informations personnelles, tout en préservant la batterie de votre appareil.
Désactiver la fonction d’activation WiFi en mode veille : Paramètres > Wi-Fi > Options avancées > Wi-Fi actif en veille > Jamais.
Éventuellement supprimer de la liste les réseaux WiFi auquel on s’est connecté par le passé.
Un correctif wpa_supplicant a été publié la semaine dernière par Google, mais il n’est pas encore intégré à Android : la mise à jour pourra tarder, surtout pour les versions Android modifiées par les fabricants (Samsung, LG, HTC, etc.) et les opérateurs (Orange, SFR, etc.)

source : http://www.panoptinet.com/cybersecurite-decryptee/comprendre-la-faille-wifi-android-pno/

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Sécurité informatique : peut-on faire appel au Big Data ?

Jusqu’à présent, le sujet des Big datas n’était qu’un sujet d’actualité, un sujet à la mode. Mais de plus en plus d’entreprises ont saisi cette opportunité, les grandes entreprises, à hauteur de 30% mais aussi, les PME, à hauteur de 12%, selon une étude réalisée par l’éditeur SAS. Car le Big Data n’en fini pas de faire rêver tant les opportunités sont importantes. De l’analyse des données clients, à la simulation des flux d’achats et des habitudes de dépenses, les possibilités d’utilisation et d’interrogations des données sont riches en déclinaisons. Mais qui dit “Big Data” dit également problématiques de sécurité. Car avec les Big Data, le périmètre de l’entreprise s’est élargi du point de vue des entrées et des sorties des données avec des utilisateurs plus mobiles, des données qui transitent par Internet et le Cloud Computing et le Saas qui repositionnent le SI hors de l’entreprise.

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…