Accéder au contenu principal

Les leçons à tirer du piratage massif de le NSA pour la sécurité de votre SI

L’homme qui valait 3 milliards a changé de nom : Edward Snowden a révélé comment durant des années, le renseignement américain a réussi à organiser une surveillance à grande échelle, ainsi que le piratage des terminaux mobiles des chefs d’Etats et entreprises de toute la planète. Un risque à réévaluer et à réduire par des mesures de protection appropriées...

L’événement survenu en 2013 dont les tribulations ont entraîné un bouleversement des consciences : le monde redécouvrait les thèses de George Orwell dans 1984 à propos de la nécessité de sécuriser les infrastructures informatiques et les télécommunications. Il fallait donc revenir sur cet épisode avec une synthèse des répercussions de cette affaire et quelques conseils pour assurer sa sécurité informatique.

Sécuriser ses systèmes d'information
L’espionnage développé par la NSA a mis en pratique une recette extrêmement simple et semble incriminer la faiblesse des protections des systèmes de protection développés par les organisations comme l’Union Européenne et de nombreux Etats. Cette recette, est celle du cheval de Troie : une technique vieille comme le monde, qui, à notre grand dam, fonctionne comme à ses débuts. Ulysse s’introduisant dans la citée imprenable avec une astuce simplement élaborée et une poignée de soldats pour s’emparer de toutes les richesses de Troie. La NSA a organisé la collecte des métadonnées en utilisant des accès cachés dans de nombreux logiciels, applications, réseaux sociaux et smartphones… La faisabilité technique du Man in The Middle était connue mais personne n’imaginait qu’une organisation puisse la mettre en oeuvre à l’échelle planétaire.
Les systèmes d’information des grandes entreprises et des organisations gouvernementales ont ainsi été bernés par l’assurance d’un “pare-feu” à toute épreuve, sans questionner la possibilité que les systèmes de sécurité eux-mêmes soient corrompus. Pire, les médias ont révélé que des protections basiques n’étaient pas mises en place. Un bouclier, plutôt une passoire facilement pénétrable puisque de nombreux ordinateurs et téléphones des parlementaires et haut placés sans que les protections supposées aient pu être efficaces.
Par sa définition, l’information n’est autre qu’un flux par lequel une société échange des données qu’elle valorise économiquement, des informations qui renseignent sur sa stratégie, et pour qui saura les récolter et les analyser, seront un avantage décisif dans la guerre économique. Il est donc primordial de sécuriser ses systèmes d’information et de contrer toute menace par des protections adaptées.

La mobilité: une ecolution productive pour l'entreprise , une révolution pour le piratage
Dans un monde en mobilité, on aperçoit les nombreux avantages des terminaux permettant de continuer à travailler en mobilité. Un atout productif utile à créer plus de valeur. Mais face aux risques liés à cette nouvelle utilisation les systèmes d’information adoptent souvent la règle de l’interdiction pour éviter d’exposer l’ensemble d’une organisation.
L’exemple de ce risque lié à l’utilisation de smartphone dans un cadre professionnel : les dérives liées à l’usage privée de ces derniers. Une bataille perpétuelle des responsables en sécurité informatique que l’on comprend mieux par cette information insolite : Angry Birds, le jeu-vidéo le plus téléchargé sur smartphone/tablette et accessoirement disponible sur tous les systèmes d’exploitation pour mobile et tablettes, exportait des métadonnées récupérées par la NSA. Des informations telles que la localisation, de nombreuses données personnelles, les historiques de communication, des pages web, etc. Angry Birds, n’était en définitive pas le seul “mouchard” utilisé, des applications très grands publics comme Facebook ont contribué à exporter quantités de données privées à l’insu des utilisateurs.
Alors qu’un cadre des renseignements américains qualifiait les applications comme Angry Birds de “mines d’or”, la sécurité des outils en mobilité se transforme en un véritable enjeu moderne. Une problématique qui n’est pas tout à fait neuve, puisqu’elle a débuté avec les ordinateurs portables, des machines renfermant de nombreuses informations professionnelles, souvent connectés à des réseaux wi-fi publics. Si un collaborateur en déplacement nécessite un support pour continuer à travailler, la multiplication des terminaux mobiles entraîne un accroissement du risque.
La forte tendance du BYOD (Bring Your Own Device) pour une gestion simplifiée de tous les terminaux mobiles par les DSI, a permis une meilleure appropriation des outils par les salariés. C’est également un excellent moyen de réduction des coûts. Une véritable problématique entre sécurité opposée à un souci de simplification, de réduction des coûts et une quête de productivité.
Ainsi, quel choix pour conserver des outils productifs sans mettre en danger toute son intelligence économique ? La réponse pourrait être située à mi-chemin entre le contrôle total et le BYOD, des outils à usage professionnel et privé dont l’entreprise garde le contrôle et le suivi en termes d’utilisation.

Jouer la carte de l'intelligence économique
L'intelligence, une notion dont la définition porte souvent à confusion. On lui adapte ici un sens qui a trait à l’information. A savoir, la mise en place d’un système d’information capable de gérer les données de manière pertinente et sécurisée. L’intelligence réside dans l’organisation d’un réseau, une organisation pensée pour optimiser le partage de l’information tout en la protégeant en cas d’intrusion.
On prend pleinement conscience de cette nécessité de penser dans le sens de l’intelligence économique lorsqu’il est question de guerre économique et d’espionnage industriel en guise de concurrence. Puisque d’un simple dossier peut dépendre l’avenir et l’innovation de toute une industrie, face à une compétition sur tous les plans, il est logique que les entreprises, et même les États s’attaquent aux infrastructures et aux réseaux informatiques pour dérober des données d’une grande valeur stratégique et économique.
Il est alors question de se préparer à l’espionnage dans un jeu où l’espion à l’avantage. En outre, l’idée machiavélique que “la fin justifie les moyens” a été logiquement reprise par la NSA. Mais elle est clairement à remettre en question par la publicité dont ont souffert les sociétés ayant pris part à l’espionnage massif, les sociétés américaines qui ont pu être avantagées sont depuis peu boycottées et exclues des mises en concurrence. Au final même s’il est quasiment impossible de se protéger d’un espionnage massif au niveau d’un Etat, il y a des règles basiques pour bien se protéger où il faut avoir un comportement adapté lié aux données sensibles et au nomadisme. On verra également les systèmes à double facteur et la traçabilité des accès sur ses comptes pour limiter les possibilités d’intrusion. Enfin, il est urgent de concevoir un « cloud souverain » pour permettre un meilleure sécurité « Etat » contre « Etat ».

source : http://www.demos.fr/fr/chaines-thematiques/espace-informatique/pages/actualite.aspx?NewsId=116

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Alerte Cisco : faille de sécurité sur certains modems et routeurs

La fonction d’accès à distance de certains appareils Cisco, plutôt destinés aux particuliers, souffre d’une vulnérabilité permettant la prise de contrôle par Internet. Quels sont les modèles concernés ? Comment réparer cette faille ?

Comme de nombreux routeurs, les équipements Cisco proposent une fonction de gestion à distance, via un accès web en HTTPS (HTTP sécurisé). Mais malheureusement, cet accès chiffré ne suffit pas à sécuriser complètement une connexion distante : l’exploitation d’un bug par dépassement de tampon (buffer overflow) peut permettre à un pirate d’accéder au routeur, sans saisir d’identifiant ou de mot de passe, et d’en prendre le contrôle. Concrètement, il suffit d’injecter du code malveillant dans les champs d’identification, au delà du nombre de caractères normalement accepté. Cette vulnérabilité a été dévoilée par l’entreprise Cisco elle-même, le 16 juillet dernier. Quels sont les modems et routeurs concernés ? Les matériels impactés correspondent à des modems …

Is 4G putting your mobile at risk of hacking?

Research has found security is among the top concerns for phone usersMost high-end phones now work on 4G, also known as LTE technologyLTE covers a wider range of frequencies than previous 2G and 3G networksIt transmits data in a way that gives it the potential to be 100 times fasterBut experts warn this method also makes the technology less secure


Is 4G putting your mobile at risk of hacking? Super-fast networks are not as secure as older, slower systems, claims expert


Almost every phone launched at this week's Mobile World Congress was sold on the promise of having super-fast speeds thanks to built-in LTE technology.
LTE, also known as 4G, officially launched in the UK last year, but it’s been growing in popularity globally for the past five years.
The technology covers a wider range of frequencies and has the potential to be up to 100 hundred times faster than slower 2G and 3G networks, but a software and security expert has told the MailOnline this increased speed comes at a pric…