Accéder au contenu principal

Les défis de la cybersécurité

La cyber-menace est en voie de prendre des dimensions systémiques pour l'économie mondiale. L'inquiétude des acteurs monte, au point que l'on peut craindre une réaction globale contre la numérisation, avec un énorme impact économique. Pourtant, les avancées en matière de cloud computing et de Big data pourraient, selon McKinsey, créer entre 9600 et 21600 milliards de dollars de valeur pour l'économie mondiale. Si la sophistication des attaques submerge les capacités défensives des États et des organisations, on peut redouter des règlementations et des politiques qui ralentiraient l'innovation et la croissance.

ParisTech Review – La cyber-menace est-elle différente pour les Etats et pour les entreprises ?

Hervé Guillou – Pas vraiment. Dans le cybermonde, les frontières entre administration et industrie ne se déterminent ni par les chaînes actionnariales ni par les organigrammes. Elles sont poreuses, par le truchement des services. Les individus reçoivent des services de santé, l’armée a besoin d’une logistique, les entreprises contribuables paient l’impôt sur les sociétés au ministère des Finances.

Pour appréhender ce sujet, il faut bien définir le cyber-espace. C’est un pavé à neuf cases, c’est-à-dire trois couches traversant trois mondes.

Il y a tout d’abord la couche physique (les câbles, les fibres optiques, les réseaux sous marins, les liaisons radios, les liaisons satellites, l’interconnexion, les switchs, bref toute la couche de support de l’information.

Ensuite, la couche informatique, les ordinateurs, les robots, les serveurs, les protocoles, les logiciels directs comme Windows, les logiciels de pilotage des robots, ou l’informatique embarquée sur une voiture.

Il y a enfin la couche informationnelle et fonctionnelle, la plus visible et la plus souvent associée à la cyber-sécurité : il s’agit des données, des applications, de l’information transmise, traitée ou stockée, du traitement dans le cloud, de l’information en ligne, des paiements sécurisés.

Ces trois couches « horizontales » traversent trois mondes verticaux qui ont, historiquement, toujours été cloisonnés parce que les technologies avaient leurs racines dans des mondes normatifs et industriels différents. Ces trois mondes sont l’informatique générale (IBM, Atos, Bull), l’informatique industrielle (Catia, Siemens, Schneider) avec ses automates, sa robotique, ses outils de CAO 3D et de GPAO (gestion de la production assistée par ordinateur), les commandes de machines numériques, et enfin l’informatique embarquée (Honeywell, Thales) spécialisé dans l’ordinateur en temps réel pour la commande de pilotage d’un avion par exemple, tout ce qu’on appelait autrefois les calculateurs embarqués.

Comment circule la menace ?

Internet Protocol (IP) est en train de faire à la fois une pénétration verticale puisqu’on est en train de rendre virtuels les réseaux de télécom et les routeurs. Dans le même temps, IP est en train de connecter l’informatique générale avec le contrôle commande des usines (par l’intermédiaire, par exemple, d’un logiciel SAP qui surveille la production).

On a également connecté l’informatique embarquée avec l’informatique industrielle. La « valise » qui permet de réparer l’informatique embarquée dans une voiture envoie les informations au centre technique du constructeur, télécharge un patch logiciel pour réparer et commande des pièces de rechange. Autre exemple : un Airbus possède sept adresses IP qui se branchent au sol sur des services de e-catering, qui téléchargent leur plan de vol puis transmettent leurs données de vol. Vous voyez que toutes ces couches et tous ces mondes sont désormais étroitement liés.

source : http://www.paristechreview.com/2014/04/25/defi-cybersecurite/

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Alerte Cisco : faille de sécurité sur certains modems et routeurs

La fonction d’accès à distance de certains appareils Cisco, plutôt destinés aux particuliers, souffre d’une vulnérabilité permettant la prise de contrôle par Internet. Quels sont les modèles concernés ? Comment réparer cette faille ?

Comme de nombreux routeurs, les équipements Cisco proposent une fonction de gestion à distance, via un accès web en HTTPS (HTTP sécurisé). Mais malheureusement, cet accès chiffré ne suffit pas à sécuriser complètement une connexion distante : l’exploitation d’un bug par dépassement de tampon (buffer overflow) peut permettre à un pirate d’accéder au routeur, sans saisir d’identifiant ou de mot de passe, et d’en prendre le contrôle. Concrètement, il suffit d’injecter du code malveillant dans les champs d’identification, au delà du nombre de caractères normalement accepté. Cette vulnérabilité a été dévoilée par l’entreprise Cisco elle-même, le 16 juillet dernier. Quels sont les modems et routeurs concernés ? Les matériels impactés correspondent à des modems …

Is 4G putting your mobile at risk of hacking?

Research has found security is among the top concerns for phone usersMost high-end phones now work on 4G, also known as LTE technologyLTE covers a wider range of frequencies than previous 2G and 3G networksIt transmits data in a way that gives it the potential to be 100 times fasterBut experts warn this method also makes the technology less secure


Is 4G putting your mobile at risk of hacking? Super-fast networks are not as secure as older, slower systems, claims expert


Almost every phone launched at this week's Mobile World Congress was sold on the promise of having super-fast speeds thanks to built-in LTE technology.
LTE, also known as 4G, officially launched in the UK last year, but it’s been growing in popularity globally for the past five years.
The technology covers a wider range of frequencies and has the potential to be up to 100 hundred times faster than slower 2G and 3G networks, but a software and security expert has told the MailOnline this increased speed comes at a pric…