Accéder au contenu principal

Faille informatique « Heartbleed » : les leçons à tirer

La faille informatique baptisée Heartbleed est maintenant réparée. Mais les entreprises ont beaucoup à apprendre de ce malheureux épisode. La confidentialité des données de leurs clients a été mise en danger.

L’hémorragie est arrêtée. Entre mars 2012 et le 7 avril 2014, la faille informatique Heartbleed (« coeur qui saigne », en anglais) a concerné un très grand nombre de sites Internet, des réseaux sociaux en passant par les banques en ligne et les plates-formes de e-commerce. Le comble est que le danger provient justement du système chargé de sécuriser l’accès aux services sensibles comme le paiement en ligne...

L’alerte n’intervient que dans les premiers jours d’avril 2014 . Jusqu’ici personne n’avaient constaté de péril. Le risque : des cyber-criminels pouvaient facilement retrouver les informations personnelles d’internautes utilisateurs de ces sites, dans la mémoire des serveurs informatiques. Noms et mots de passe en premier lieu. Quelques jours après la découverte du problème, un correctif est publié pour panser la plaie. Il s’agit de réviser le code-source d’OpenSSL. Aux directions des services informatiques d’appliquer ce « patch » sur les sites des entreprises. OpenSSL est une boite à outils de cryptographie, développée par des bénévoles et très largement utilisée par les professionnels. 

Quelques sites Internet se sont d’ores et déjà déclarés victimes de la faille Heartbleed ( notamment le site de la sécurité sociale canadienne ). La liste n’est sûrement pas close. De prochaines découvertes de fuites de données trouveront probablement leur origine dans ce loupé de la sécurité informatique. Mais les entreprises qui ont intégré OpenSSL sur leurs sites peuvent déjà retenir de premières leçons de cet épisode.
Les entreprises n’ont pas su repérer Heartbleed par elles-mêmes

Heartbleed pointe l’impuissance des grands groupes à surveiller leurs infrastructures techniques et à détecter les attaques. En deux ans, aucune d’entre elles ne s’est rendue compte du bug présent dans le système qu’elles utilisaient et qu’elles proposaient à leurs propres clients. « Les entreprises sont consommatrices de technologie, elles ne sont pas expertes en sécurité informatique », souligne Thierry Karsenti, directeur technique Europe de Check Point Security. Des tests d’intrusions ont-ils été menés ? « Oui, répond Yogi Chandiramani, directeur Europe de FireEye, mais il s’agissait de trouver une aiguille dans une botte de foin ».
Les entreprises utilisent OpenSSL sans le savoir

Pire encore, Heartbleed montre que les entreprises ne connaissent pas toujours précisément l’architecture de leur système d’information. Il a fallu plus d’une dizaine de jours à certaines pour faire l’inventaire des serveurs qu’elles utilisent. A leur décharge, les DSI ont parfois la charge de plusieurs centaines d’applications, dans le monde entier. « Il faut maintenant sécuriser tous les serveurs critiques, ceux des sites tournés vers l’extérieur de l’entreprise mais aussi ceux qui permettent aux collaborateurs de se connecter aux outils internes et ceux permettant d’administrer le système informatique », alerte Yogi Chandiramani. Sans oublier les serveurs des partenaires externes connectés à l’entreprise grâce au cloud computing. La Cnil rappelle qu’il est légalement obligatoire de corriger une telle faille de sécurité . 

Heartbleed, un accro à l’open-source

Le débat entre soutien du logiciel libre (GNU) et défenseur du logiciel propriétaire (Microsoft) est ancien. Heartbleed remet de l’eau au moulin en faveur des licences restrictives. Jusqu’ici, l’open-source était réputé plus sûr car testé par une large communauté. « Heartbleed a permis de se rendre compte qu’une grave faille sur un logiciel open-source peut exister et avoir des conséquences graves», note Yogi Chandiramani. Les logiciels développés sous licence open-source peuvent être étudiés de près puisque leurs codes informatiques sont publics. Sans renier tous les avantages du travail collaboratif induit par l’open-source, « l’excès de transparence permet à de mauvaises paires d’yeux de repérer les failles », affirme Thierry Karsenti. Les défenseurs de l’open-source remarquent que les entreprises utilisent des logiciels libres sans jamais contribuer à leur développement, y compris en ce qui concerne les questions de sécurité.

source : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203460392162-faille-informatique-heartbleed-les-lecons-a-tirer-666677.php 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Alerte Cisco : faille de sécurité sur certains modems et routeurs

La fonction d’accès à distance de certains appareils Cisco, plutôt destinés aux particuliers, souffre d’une vulnérabilité permettant la prise de contrôle par Internet. Quels sont les modèles concernés ? Comment réparer cette faille ?

Comme de nombreux routeurs, les équipements Cisco proposent une fonction de gestion à distance, via un accès web en HTTPS (HTTP sécurisé). Mais malheureusement, cet accès chiffré ne suffit pas à sécuriser complètement une connexion distante : l’exploitation d’un bug par dépassement de tampon (buffer overflow) peut permettre à un pirate d’accéder au routeur, sans saisir d’identifiant ou de mot de passe, et d’en prendre le contrôle. Concrètement, il suffit d’injecter du code malveillant dans les champs d’identification, au delà du nombre de caractères normalement accepté. Cette vulnérabilité a été dévoilée par l’entreprise Cisco elle-même, le 16 juillet dernier. Quels sont les modems et routeurs concernés ? Les matériels impactés correspondent à des modems …

Is 4G putting your mobile at risk of hacking?

Research has found security is among the top concerns for phone usersMost high-end phones now work on 4G, also known as LTE technologyLTE covers a wider range of frequencies than previous 2G and 3G networksIt transmits data in a way that gives it the potential to be 100 times fasterBut experts warn this method also makes the technology less secure


Is 4G putting your mobile at risk of hacking? Super-fast networks are not as secure as older, slower systems, claims expert


Almost every phone launched at this week's Mobile World Congress was sold on the promise of having super-fast speeds thanks to built-in LTE technology.
LTE, also known as 4G, officially launched in the UK last year, but it’s been growing in popularity globally for the past five years.
The technology covers a wider range of frequencies and has the potential to be up to 100 hundred times faster than slower 2G and 3G networks, but a software and security expert has told the MailOnline this increased speed comes at a pric…