Accéder au contenu principal

Une belle faille de sécurité Android concerne un milliard de terminaux

Le mécanisme de mise à jour d’Android souffre d’une importante faille de sécurité. Selon une étude menée à l’université de l’Indiana et chez Microsoft Research, plusieurs vulnérabilités critiques existent au sein du système de permissions gérant les nombreuses versions de l’OS mobile. En faisant croire qu'elle avait jusque-là tous les droits, une application malveillante pourrait, après la mise à jour, accéder à toutes les données personnelles. Présente dans toutes les versions officielles d’Android, cette faille menace potentiellement plus d’un milliard de smartphones et de tablettes.

Pour la première fois, une étude réalisée conjointement par l’université de l’Indiana à Bloomington (États-Unis) et Microsoft Research s’est intéressée à la sécurité du processus de mise à jour d’un système d’exploitation mobile, en l'occurrence Android. Cette équipe de chercheurs a découvert une importante faille de sécurité au niveau du package management service (PMS) qui gère la transition entre une version d’Android installée et une mise à jour. Ils ont constaté qu’une application malveillante pourrait facilement leurrer le système pour se voir attribuer des permissions d’accès, aussi appelées privilèges, qui lui permettraient de collecter des données personnelles et d’effectuer d’autres actions à l’insu de l’utilisateur.

Dans leur article scientifique, les chercheurs du System Security Lab de l’université de l’Indiana et ceux de Microsoft Research expliquent que cette vulnérabilité est directement liée à la fragmentation d’Android et à la fréquence de ses mises à jour. Depuis septembre 2008, 19 versions officielles d’Android ont été publiées par Google, auxquelles s’ajoutent plus de 3.500 versions configurées par les fabricants de terminaux et les opérateurs. « Les OS mobiles se caractérisent par leurs cycles de mise à jour rapides qui permettent aux vendeurs de smartphones de pousser de nouveaux services vers leurs clients et de régler les problèmes qui se présentent », peut-on lire.


Six vulnérabilités découvertes

Les travaux ont mis en évidence dans le PMS six vulnérabilités baptisées « pileup flaws » qui pourraient être exploitées par une application malveillante afin de réaliser une augmentation de ses permissions une fois la nouvelle version installée. Ainsi, une telle application préalablement installée sur un terminal pourrait tromper le système et se voir accorder des permissions qui s’activeraient une fois la mise à jour d’Android en service. Cela pourrait par exemple lui servir à accéder aux données personnelles telles que des identifiants et mots de passe, les messages, le répertoire de contacts, mais aussi d’envoyer des SMS surtaxés, tout cela à l’insu de l’utilisateur. Sur le site secureandroidupdate.org créé pour l’occasion, les chercheurs publient trois vidéos de démonstration simulant les méfaits qu’une application malveillante pourrait causer. Selon eux, les vulnérabilités sont présentes sur l’ensemble des versions officielles d’Android, ainsi que plus de 3.500 versions personnalisées.

Bilan : l’ensemble des smartphones et tablettes Android sur le marché est potentiellement vulnérable, soit plus d’un milliard d’appareils. Google a été informé de ce problème en octobre dernier, et a déjà corrigé l’un des six vulnérabilités. Reste à savoir à quelle vitesse les fabricants de mobiles et les opérateurs diffuseront ce correctif… En attendant, l’équipe à l’origine de cette étude a également développé un outil d’analyse qu’elle propose gratuitement. Baptisé Secure Update Scanner, il s’agit d’une application qui peut détecter des applications susceptibles d’exploiter les failles de type pileup. Elle est notamment disponible via Google Play.

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/high-tech/infos/actu/d/informatique-belle-faille-securite-android-concerne-milliard-terminaux-53000/#xtor=RSS-8


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Sécurité informatique : peut-on faire appel au Big Data ?

Jusqu’à présent, le sujet des Big datas n’était qu’un sujet d’actualité, un sujet à la mode. Mais de plus en plus d’entreprises ont saisi cette opportunité, les grandes entreprises, à hauteur de 30% mais aussi, les PME, à hauteur de 12%, selon une étude réalisée par l’éditeur SAS. Car le Big Data n’en fini pas de faire rêver tant les opportunités sont importantes. De l’analyse des données clients, à la simulation des flux d’achats et des habitudes de dépenses, les possibilités d’utilisation et d’interrogations des données sont riches en déclinaisons. Mais qui dit “Big Data” dit également problématiques de sécurité. Car avec les Big Data, le périmètre de l’entreprise s’est élargi du point de vue des entrées et des sorties des données avec des utilisateurs plus mobiles, des données qui transitent par Internet et le Cloud Computing et le Saas qui repositionnent le SI hors de l’entreprise.

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…