Accéder au contenu principal

Chrome écoute les utilisateurs… à leur insu

Des sites piégés peuvent vous écouter à votre insu, à travers le navigateur web Google Chrome. Explication de la méthode employée et détails sur le façon de se protéger en attendant le correctif que tarde à livrer Google.

Le développeur Tal Ater a mis le doigt sur un défaut grave dans le système d’accès au microphone de Google Chrome, qui permet à un site piégé d’écouter toutes vos conversations.
Normalement, la méthode pour utiliser le microphone de l’internaute est bien balisée : ce dernier doit donner son accord, puis le canal audio est ouvert. Un indicateur permet de savoir quel onglet est en train d’enregistrer du son. Dans l’absolu, cette technique permet d’éviter tout abus.

Trois étapes pour une écoute

Sauf que Tal Ater a trouver un moyen de contourner cette procédure. L’astuce utilisée met en œuvre plusieurs éléments. Tout d’abord, le site piégé utilise une connexion sécurisée (en HTTPS). Ceci permet de lancer de nouveaux enregistrements sans avoir à redemander l’accord de l’utilisateur et sans action de sa part. Un indicateur sera toutefois toujours présent pour signaler que le micro est ouvert.
Seconde partie de l’astuce, l’ouverture d’une fenêtre pop-up, située derrière la fenêtre principale du navigateur. Lorsque vous arrêtez d’utiliser l’application web (en coupant le micro ou en fermant son onglet), le code contenu dans la fenêtre pop-up s’active et reprend l’enregistrement. Aucune indicateur ne prévient alors l’utilisateur, car les fenêtres pop-up n’en affichent pas.
Troisième partie de l’astuce développée par Tal Ater : l’utilisation d’outils de reconnaissance vocale pour traduire les paroles en texte (ici, la librairie aanyang créée par le développeur). Le texte apparaît dans la fenêtre ; si l’utilisateur la découvre, l’arnaque sera alors détectée. Solution, cacher le texte derrière un autre élément, par exemple une image simulant une fenêtre publicitaire. Tant que la fenêtre pop-up piégée n’est pas fermée, l’enregistrement se poursuit.

Google tarde à combler la faille

Alertés en privé le 13 septembre 2013, les ingénieurs de Google ont trouvé un correctif dès le 24 septembre. Toutefois, plus de quatre mois après, les versions officielles de Chrome ne corrigent toujours pas ce défaut. L’excuse donnée par la firme est que son équipe chargée de faire coller le navigateur aux standards du web tarde à déterminer quelle parade appliquer.
Tal Ater précise toutefois que le W3C a suggéré une méthode qui permet d’éviter l’utilisation de telles techniques dès octobre 2012. Difficile dans ce contexte d’expliquer pourquoi Google tarde tant…
Plus de détails sur l’exploitation cette faille se trouvent sur une page dédiée du site de Tal Ater.

Coupez le micro !

Nous vous proposons une solution permettant de se prémunir de sites piégés qui utiliseraient cette technique. Dans l’attente d’un correctif, la seule option reste de couper l’accès au microphone au sein de Google Chrome.
Voici comment procéder : rendez-vous dans le menu « Paramètres », affichez les paramètres avancés (en bas de page), cliquez sur « Paramètres de contenu » (dans la section « Confidentialité »), puis dans la section « Médias » choisissez l’option « Interdire aux sites d’accéder à ma caméra et à mon microphone » et validez.
source : http://www.silicon.fr/chrome-ecoute-les-utilisateurs-leur-insu-92239.html?utm_source=2014-01-24&utm_medium=email&utm_campaign=siliconfr_daily&id_prob=21001_80707

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Sécurité informatique : peut-on faire appel au Big Data ?

Jusqu’à présent, le sujet des Big datas n’était qu’un sujet d’actualité, un sujet à la mode. Mais de plus en plus d’entreprises ont saisi cette opportunité, les grandes entreprises, à hauteur de 30% mais aussi, les PME, à hauteur de 12%, selon une étude réalisée par l’éditeur SAS. Car le Big Data n’en fini pas de faire rêver tant les opportunités sont importantes. De l’analyse des données clients, à la simulation des flux d’achats et des habitudes de dépenses, les possibilités d’utilisation et d’interrogations des données sont riches en déclinaisons. Mais qui dit “Big Data” dit également problématiques de sécurité. Car avec les Big Data, le périmètre de l’entreprise s’est élargi du point de vue des entrées et des sorties des données avec des utilisateurs plus mobiles, des données qui transitent par Internet et le Cloud Computing et le Saas qui repositionnent le SI hors de l’entreprise.

De nombreux utilisateurs de TeamViewer victimes de piratages

De nombreux utilisateurs ont été victimes de piratages au travers du logiciel TeamViewer. Selon les responsables du logiciel la brèche ne viendrait pas de leur système. Depuis plusieurs jours, des utilisateurs de TeamViewer, un logiciel permettant de prendre le contrôle à distance d’un autre ordinateur, se plaignent d’être victimes de piratages. Cependant le problème ne viendrait pas du logiciel lui-même mais du vol d’identifiants et de mots de passe sur d’autres services tels que Tumblr, Myspace ou encore Linkedin.
TeamViewer au cœur de plusieurs piratages La semaine dernière, TeamViewer a connu des problèmes de fonctionnement. Le logiciel a en fait été victime d’une attaque DDOS de grande ampleur qui a paralysé son système pendant quelques heures. Suite à cette attaque, certains utilisateurs se sont plaints d’avoir subi une intrusion dans leur ordinateur, des pirates auraient réussi à prendre le contrôle de leur machine et voler des informations confidentielles. Pourtan…