Accéder au contenu principal

Un malware DDoS cible les systèmes Linux et Windows

Des chercheurs en sécurité ont découvert un malware qui cible les systèmes Linux et Windows et qui lance des attaques en déni de service. Un phénomène qui se développe et qui prend pour cible les serveurs.

Un malware a été découvert début décembre par le CERT (Computer Emergency Response Team) polonais et touche les systèmes sous Windows et Linux. Pour ce dernier, le malware mène une attaque par dictionnaire sur le port SSH. « Nous avons réussi à obtenir un fichier ELF 32 bits », expliquent les chercheurs dans un billet de blog. Cet exécutable fonctionne en mode daemon (en arrière-plan) et se connecte à un serveur de commande et contrôle (C&C) via un port et une adresse IP chiffrée, souligne les spécialistes. Lors de sa première connexion, le malware envoie des informations sur le système d'exploitation au serveur C&C pour recevoir des instructions.

« L'analyse montre que nous avons pu déterminer l'existence de 4 types d'attaques possibles, chacune d'entre elles mène une attaque DDoS sur des cibles définies », constate le CERT polonais. Une de ces attaques est l'amplification DNS, qui envoie une demande contenant 256 requêtes aléatoires ou déterminées à un serveur DNS. Ils constatent qu' « il existe aussi d'autres fonctions non activées qui sont probablement destinées à se servir du protocole HTTP pour réaliser une attaque DDoS ». Pendant l'exécution d'une attaque, le malware fournit des informations au serveur de C&C, comme la vitesse du processeur, la charge du système et la vitesse de connexion au réseau.


Une variante pour Windows

Une variante de malware DDoS existe aussi pour les systèmes Windows. Il s'installe comme le fichier « C : \ Program Files \ DbProtectSupport \ svchost.exe » et s'active comme un service à chaque démarrage du PC. A la différence de la version Linux, le malware Windows ne se connecte pas au serveur C&C en utilisant une adresse IP, mais avec un nom de domaine et sur un port différent. Cependant, le même serveur a été utilisé par les deux malwares, laissant à penser qu'ils ont été créés par le même groupe.

Pour les analystes polonais, « les pirates ont cherché à compromettre des ordinateurs avec un haut niveau de bande passante, comme les serveurs peuvent en proposer. C'est pour cela qu'il existe deux versions du malware. Les OS Linux sont très populaires sur les serveurs ». Cependant, il ne s'agit pas du seul malware conçu pour Linux. André Dimino, chercheur en sécurité de l'Université George Washington, a récemment découvert et analysé un bot malveillant écrit en Perl et visant un de ses honeypots (leurre) Linux. Les attaquants ont essayé d'exploiter une vieille faille PHP connue sous la référence CVE-2012-1823 et qui a été corrigée avec les versions 5.4.3 et 5.3.13 en mai 2012. Le chercheur a laissé son système vulnérable pour suivre les intentions des cybercriminels. Cela suggère que les cybercriminels visent les serveurs dont les installations PHP n'ont pas été mises à jour. Une fois le malware écrit en Perl déployé, il s'est connecté à un serveur IRC (Internet Relay Chat). Il télécharge ensuite des attaques pour des augmentations de privilège et un script pour générer des Bitcoins.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un million de comptes Google compromis à cause d’un virus sur mobiles

Le spécialiste en sécurité informatique CheckPoint a découvert un nouveau malware qui infecterait plus de 13.000 smartphones Android par jour par le biais de fausses applications. L’équipe de recherche de Check Point avait déjà rencontré le code de Gooligan dans l’application malveillante SnapPea l’année dernière. En août 2016, le logiciel malveillant est réapparu sous la forme d’une nouvelle variante et aurait depuis infecté plus d’un million de smartphones Android à travers le monde. Selon CheckPoint, 57% des appareils infectés seraient situés en Asie, et seulement 9% en Europe. Le danger ici vient du fait qu’une fois installé, le malware est capable de “rooter” la machine et de dérober les adresses email et les jetons d’authentification qu’elle stocke. Concrètement, plus d’un million de comptes Google auraient ainsi été compromis. Outre dérober les informations, les pirates profitent également du piratage pour générer des revenus frauduleux en installant des applica…

Alerte Cisco : faille de sécurité sur certains modems et routeurs

La fonction d’accès à distance de certains appareils Cisco, plutôt destinés aux particuliers, souffre d’une vulnérabilité permettant la prise de contrôle par Internet. Quels sont les modèles concernés ? Comment réparer cette faille ?

Comme de nombreux routeurs, les équipements Cisco proposent une fonction de gestion à distance, via un accès web en HTTPS (HTTP sécurisé). Mais malheureusement, cet accès chiffré ne suffit pas à sécuriser complètement une connexion distante : l’exploitation d’un bug par dépassement de tampon (buffer overflow) peut permettre à un pirate d’accéder au routeur, sans saisir d’identifiant ou de mot de passe, et d’en prendre le contrôle. Concrètement, il suffit d’injecter du code malveillant dans les champs d’identification, au delà du nombre de caractères normalement accepté. Cette vulnérabilité a été dévoilée par l’entreprise Cisco elle-même, le 16 juillet dernier. Quels sont les modems et routeurs concernés ? Les matériels impactés correspondent à des modems …

Is 4G putting your mobile at risk of hacking?

Research has found security is among the top concerns for phone usersMost high-end phones now work on 4G, also known as LTE technologyLTE covers a wider range of frequencies than previous 2G and 3G networksIt transmits data in a way that gives it the potential to be 100 times fasterBut experts warn this method also makes the technology less secure


Is 4G putting your mobile at risk of hacking? Super-fast networks are not as secure as older, slower systems, claims expert


Almost every phone launched at this week's Mobile World Congress was sold on the promise of having super-fast speeds thanks to built-in LTE technology.
LTE, also known as 4G, officially launched in the UK last year, but it’s been growing in popularity globally for the past five years.
The technology covers a wider range of frequencies and has the potential to be up to 100 hundred times faster than slower 2G and 3G networks, but a software and security expert has told the MailOnline this increased speed comes at a pric…